Réponse d'expert

N°115 : Les variations climatiques de la source froide impactent-elles le GUE d’une PAC à absorption gaz aérothermique ?

Mis à jour le

Oui, comme toute machine thermodynamique, la pompe à chaleur (PAC) à absorption gaz est dépendante des variations thermiques de la source froide (lieu de puisage des calories). Cependant, de part son fonctionnement la PAC à absorption gaz s’avère moins pénalisée par un abaissement des températures extérieures que sa consœur électrique.

Schéma de principe de la PAC à absorption gaz présentant les différentes sources de chaleur
Schéma de principe de la PAC à absorption gaz présentant les différentes sources de chaleur

Les facteurs d’influence du GUE

La PAC à absorption est sensible, entre autres, aux variations de température de sa source froide. Pour une pompe à chaleur aérothermique, la source froide étant l’air extérieur, plus il fait froid dehors, moins bon est le rendement.

On caractérise la performance énergétique d’une pompe chaleur par le rapport entre l’énergie utile et l’énergie consommée. En mode chauffage, ce rapport est communément dénommé COP. Pour une PAC à absorption gaz, on parle cependant de GUE.

Ci-dessous, un tableau présentant les performances de la pompe chaleur à absorption gaz en fonction des facteurs d’influence. Outre la température extérieure (source froide), la température de génération (la consigne d’eau chaude) impacte le GUE.

Performances de la PAC absorption gaz en fonction des températures de départ et extérieure
Performances de la PAC absorption gaz en fonction des températures de départ et extérieure

Les différentes sources de récupération de chaleur d’une PAC à absorption gaz

La PAC à absorption demeure cependant moins sensible aux variations de la température extérieure qu’un PAC électrique car l’énergie exploitée pour assurer le chauffage de l’eau provient de différentes sources. La récupération de chaleur se fait à trois niveaux :
 

  • Récupération de la chaleur du brûleur gaz via le générateur et l’absorbeur (siège de la réaction exothermique d’absorption de l’ammoniac par l’eau)
  • Récupération de la chaleur latente des produits de combustion par condensation
  • Récupération de chaleur sur l’air extérieur (source froide)
     

Au-delà de maximiser l’efficacité énergétique de l’équipement, les différentes sources de chaleur valorisées permettent de limiter l’influence de la température extérieure sur le GUE. En effet, les deux premiers postes de récupération d’énergie énoncés ci-dessus ne sont pas soumis aux variations de la température extérieure.

En présence de températures extérieures basses, le GUE de la PAC à absorption est donc plus stable que le COP d’une PAC électrique. Le constat est le même concernant la puissance délivrée par ces appareils.

Remarque  
De part son principe de fonctionnement, une PAC aérothermique s’expose à la création de givre sur l’évaporateur. Dans le cas d’une PAC à absorption gaz, le dégivrage de l’échangeur air s’effectue par irrigation de celui-ci en vapeur surchauffée de réfrigérant (ammoniac). Aucune inversion de cycle ne s’impose contrairement à une PAC électrique.

La pompe à chaleur à absorption gaz assure ainsi le dégivrage éventuel de l’évaporateur tout en continuant de fournir l’énergie thermique de la réaction d’absorption à l’eau de chauffage.

Ces informations n'ont qu'un caractère documentaire et indicatif. L'internaute est seul responsable de l'usage et des interprétations qu'il en fait et notamment de leur adéquation à la situation qu'il rencontre, des résultats qu'il obtient, des conseils et actes qu'il en déduit et/ou émet.

Définition
Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :3 notes
4/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article