Réponse d'expert

N° 147 : Existe-il une taille minimum d’opération pour implanter une pompe à chaleur à absorption gaz ?

Mis à jour le

Non, bien que la puissance unitaire des machines distribuées en France soit de l’ordre de 40 kW, il n’existe pas, dans l’absolu de taille minimum d’opération pour implanter cette technologie. Il faudra néanmoins, apporter de l’inertie à la PAC en lui installant un ballon dédié.

Explication

Les pompes à chaleur à absorption distribuées actuellement en France sont des modules de 40 kW. L’installation d’une PAC à absorption peut, pour des opérations de quelques logements, paraître élevée voire surdimensionnée en termes de puissance.

Or comme toutes les pompes à chaleur, la PAC à absorption préfère les cycles de marche/arrêt longs. Des cycles trop courts fatiguent prématurément la machine. Lorsqu’ elle est mise en fonctionnement, la PAC à absorption doit de fait fonctionner un certain temps.

Comme l’illustre le graphique ci-dessous, la réaction d’absorption a besoin de 5 minutes pour se démarrer et de 7 minutes pour s’arrêter après ordre de mise à l’arrêt de la PAC. Entre les deux, un anti court-cycle de 7 minutes est imposé.

Graphe  1 : Temps de mise en marche, du temps de mise à l’arrêt et de l’anti court cycle d’une PAC Absorption
Graphe 1 : Temps de mise en marche, mise à l’arrêt et anti court cycle d’une PAC Absorption

Pour des opérations ayant besoin de faible puissance, il sera nécessaire de donner de l’inertie à la PAC, de manière à assurer son fonctionnement a minima une heure. Une PAC de 40 kW est capable de réchauffer de 20°C un ballon de 1724 litres durant une heure de temps. La mise en place d’un ballon de 2000 litres sera donc nécessaire.

L’emplacement des sondes de mise en marche et d’arrêt de la PAC à absorption ainsi que celui des tuyauteries de départ/retour chauffage seront aussi à vérifier avec soin. La solution ci-dessous semble être la plus adaptée dans ce cas.

Solution préconisée pour l’emplacement des sondes de marche/arrêt - CEGIBAT
Solution préconisée pour l’emplacement des sondes de marche/arrêt

Dans cette configuration, le retour chauffage est placé en bas de ballon. Dans l’hypothèse d’une loi d’eau 60/40°C, la sonde placée en milieu de ballon détecte une eau à 40°C et enclenche la mise en route de la PAC. La pompe à chaleur, fonctionnant avec un écart de 10°C, puise cette eau à 40°C pour la monter à 50°C. Son fonctionnement perdure jusqu’à ce que la sonde positionnée en point bas du ballon constate une température d’eau de 60°C. Seulement à ce moment elle se mettra à l’arrêt.

Le volume situé au-dessus de la sonde placée en milieu du ballon étant toujours à 60°C. Ce volume d’eau chaude continue à assurer le chauffage. Le retour chauffage reste continu abaissant ainsi la température en bas de ballon ce qui maintient la PAC en fonctionnement.

 

Ces informations n'ont qu'un caractère documentaire et indicatif. L'internaute est seul responsable de l'usage et des interprétations qu'il en fait et notamment de leur adéquation à la situation qu'il rencontre, des résultats qu'il obtient, des conseils et actes qu'il en déduit et/ou émet.

Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :1 note
4/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article