Réalisation

Rénovation d’une piscine basse consommation - Stade Nautique de Pessac (33)

Mis à jour le

Carte d'identité

Date des travaux :
fin 2005 / 2006
Localité :
Pessac (33)
Type de bâtiment :
piscine
Maître d'ouvrage : SEM AGIR (gestionnaire du centre nautique)

Contexte

Le centre aquatique de Pessac

Le stade nautique de Pessac avait, au moment de sa rénovation en 2005, une trentaine d’années. Il comprend plusieurs bassins intérieurs :

  • Un bassin sportif de 25 m par 15 m avec 6 couloirs.
  • Un bassin ludique de 12 m par 5 m.
  • Un bassin à vagues de 35 m par 16 m.
  • Une pataugeoire  de 200 m²
  • Un spa.

Pendant la période estivale, la partie extérieure du stade nautique est ouverte. Elle comprend :

  • Un bassin à vagues.
  • Deux toboggans.
  • Une fosse à plongeon.
  • Un pentaglisse.
  • Une pataugeoire.

Les équipements de type « loisirs » de la piscine ont été rénovés en 2000, mais sans en améliorer l’impact énergétique. De fin 2005 à 2006, les équipements thermiques du stade nautique ont donc été remplacés.

Stade nautique de Pessac
Stade nautique de Pessac
Stade nautique de Pessac
Stade nautique de Pessac
Piscine de Pessac
Piscine de Pessac
Stade nautique de Pessac - tobogan
Stade nautique de Pessac - tobogan
Stade nautique de Pessac - piscine en extérieur
Stade nautique de Pessac - piscine en extérieur

Une rénovation thermique nécessaire

Divers dysfonctionnements ont poussé les dirigeants à amorcer la rénovation thermique du stade nautique :

  • L’inconfort thermique (froid) de la clientèle et des maîtres-nageurs-sauveteurs à certaines périodes de la journée.
  • L’absence de régulation spécifique de l’humidité.
  • Les retours d’eau froide dans les bassins dus à des bacs tampon trop petits.
  • L’apport d’eau neuve très élevé dans le petit bassin (environ 110 litres par baigneur et par jour – apport d’eau neuve rendu nécessaire par la présence le cas échéant de chloramines). 

La solution retenue : groupe froid à absorption indirect & chaudière à condensation

Une solution thermique globale a été installée sur le site de Pessac. Elle permet de répondre aux diverses exigences de la piscine : traitement de l’air (déshumidification et chauffage), production d’ECS, lutte contre les chloramines, etc.

Traitement de l’air : une solution de déshumidification performante

Le système de traitement d’air du centre aquatique de Pessac intègre donc un groupe froid à absorption indirect alimenté par deux chaudières gaz à condensation. Cette solution permet d’obtenir un gain énergétique de 30 à 35 % sur le chauffage et la déshumidification du hall des bassins, par rapport aux procédés classiques de modulation d’air neuf (CTA double flux).

Caractéristiques du groupe froid à absorption indirect 

Le groupe froid à absorption indirect (modèle Yazaki) est composé d’une solution d’eau et de bromure de lithium. Elle est capable de produire de l’eau glacée pour un régime de chauffage de 7,5 à 12 °C et de l’eau chaude de 31 à 35 °C.

Il est alimenté par le circuit primaire de la chaufferie et demande peu d’entretien.

Pour Arnaud Volpilière, PDG d’EcoEnergie, « cette solution est souple, économe et peut aisément évoluer. Généralement, la machine à absorption est alimentée en eau chaude par une chaudière à condensation gaz

Fonctionnement de la solution de déshumidification de l’air

Dans la centrale de traitement d’air (CTA), l’air humide extrait du hall des bassins passe tout d’abord sur une batterie froide de pré-refroidissement (en vert sur le schéma ci-dessous) qui abaisse de quelques degrés l’air, avant son transfert vers la batterie de déshumidification (en bleu sur le schéma).

Le froid nécessaire à la déshumidification est généré par le groupe froid à absorption indirect Yazaki dont le réfrigérant est la solution composée d’eau et de bromure de lithium.

Le bouilleur de cet équipement est alimenté par deux chaudières gaz à condensation à brûleurs modulants de 8 à 100 %.

Une batterie de post-chauffage (en rouge sur le schéma) est alimentée par la récupération de la chaleur émise par le groupe froid à absorption. Ainsi, une partie de l’air repris est déshumidifiée par le biais des batteries froides, alors que l’autre est traitée et réchauffée par la batterie chaude. Les batteries froides et chaudes sont toutes munies de vannes trois voies qui permettent de moduler les températures d’eau à leur entrée.

Traitement de l'air : schéma de principe
Traitement de l'air : schéma de principe

Deux innovations techniques ont été intégrées à la solution afin de compléter les équipements proposés par EcoEnergie :

  • Une sonde d’hygrométrie en sortie de déshumidification, afin d’optimiser la régulation du débit d’air en agissant plus finement sur les moteurs à vitesse variable.
  • Un boîtier étanche Eco Confort +, développé avec Siemens, afin de répondre aux demandes des maîtres-nageurs sur le contrôle d’ambiance. Il permet l’apport d’air neuf et l’accroissement du débit d’air lors des activités très toniques comme la gym et l’aquabiking. 

Lutte contre les chloramines

Un déchloraminateur moyenne pression a été installé dans chaque bassin. C’est un moyen de suppression des chloramines, mais aussi un levier pour faire des économies d’eau et de gaz.

Bilan : une baisse des consommations de 30 %

La rénovation technique engagée dès 2005 a porté ses fruits. L’instruction menée en 2007/2008 a permis de dégager des résultats très probants :

  • Chute des consommations globales du stade nautique à 1,4 GWh, soit une économie de 29,6 % par rapport à la solution initiale de modulation d’air neuf.
  • Réduction, grâce au déchloraminateur, de l’apport d’eau neuve de 5000 m³. C’est autant d’eau qui n’a plus besoin d’être chauffée, et donc des économies.
  • Satisfaction de la clientèle et du personnel de la piscine grâce à l’optimisation du confort humithermique (équilibre entre l’humidité de l’air et sa température).
  • Déplacement des injections de chlore et d’acide pour éviter d’éventuels dégazages.

En somme, le choix de la centrale de traitement d’air thermodynamique à absorption avec récupérateur de chaleur, combinée à une autre centrale de modulation d’air neuf, a été pleinement bénéfique. 

Consommations et émissions sur l’année 2007/2008 et évolution par rapport à la période précédant la rénovation thermique
Période

consommation (en kwh)

Fréquentation Ratio par baigneur SURFACES PLANS D'EAU RATIO kWH/M2/MOIS RATIO KWH/M2/AN

 Juin-Août   (3 mois)

371 371

81 471 b

4,56 kWh

137 m2

91,90 kWh/m2

257,7 kWh/m2

Sept-Mai
  (9 mois)

1 036 776

172 943 b

6,00 kWh

460 m2

250,43 kWh/m2

2254 kWh/m2

  Totaux 
(12 mois)

1 408 419

254 414 b

5,53 kWh moyens

682 mmoyens

172 kWh/m2

2 065  kWh/m2

Emission de CO2 (12 mois) 225 g par kWh

316 883 kg

 

1,24 kg

 

 

465 kg/m2

Gain par rapport à 2004/2005

- 29,6 %

 

- 29,6 %

 

 

        - 29,9 %

 

Bilan et évolution 2007-2008

Témoignages

Nous n'avions jamais été satisfaits de notre traitement de l'air, nous cherchions à améliorer notre qualité de service, et nous voulions réaliser des économies d'énergie. Avec l'appui de la société EcoEnergie, fin 2005, nous avons changé de centrale de traitement d'air, et nous l'avons couplée avec un groupe froid à absorption, fonctionnant au gaz. La puissance du groupe froid nous a permis, en hiver, de préchauffer notre eau chaude sanitaire, l'eau de renouvellement de nos bacs tampon, notre air, le surplus allant dans notre bassin sportif. L'été, toute la puissance disponible est utilisée pour chauffer la totalité de nos bassins extérieurs. L'ensemble des améliorations apportées nous a permis d'économiser 30 % de gaz, et le groupe froid, bien entretenu, simple d'utilisation, n'est jamais tombé en panne. »
Par Jean-Loup Douet
Directeur du centre nautique de Pessac
Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :1 note
1/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article