Réponse d'expert

N°128 : Dans un immeuble neuf, la présence d’une gaine gaz ventilée depuis les parties communes impose-t-elle une mesure d’étanchéité par échantillonnage ?

Mis à jour le

Oui, dans cette configuration la mesure de la perméabilité doit être effectuée en appliquant la règle d'échantillonnage, afin de respecter le niveau d’exigence demandé par la RT2012. La présence d’une gaine gaz ouverte sur les parties communes pénalise très fortement le résultat obtenu si un test est réalisé sur l’intégralité de l’enveloppe du bâtiment.

Ventilation gaine gaz
Ventilation gaine gaz

La réalisation d’une conduite montante gaz dans un immeuble neuf impose d’établir cette dernière dans une gaine ventilée.

Deux types de ventilation sont possibles :
 

  • Ventilation par hauteur d’étage : dans le cas d’une gaine donnant sur directement sur l’extérieur et recoupée, chaque compartiment est ventilé à l’aide de deux orifices, l’un en partie basse l’autre en partie haute et donnant directement sur l’extérieur.
  • Ventilation tout hauteur : elle exige une amenée d’air en partie basse de la gaine ainsi qu’une sortie d’air en partie haute.
     

Dans le cas de la ventilation tout hauteur, l’amenée d’air peut être en communication directe avec l’extérieur via une section libre de passage ou un conduit débouchant au sein même de la gaine. Elle peut également être indirecte par l'intermédiaire d'un orifice ou d'un conduit débouchant en partie basse dans un volume ventilé (hall d'immeuble, local commun, circulation commune horizontale, etc...). Dans cette dernière hypothèse, la présence de cette ventilation prenant naissance depuis les communs peut impacter la perméabilité à l’air du bâtiment. Or la réglementation thermique 2012 est conditionnée par la validation du test d’étanchéité à l’air.

Contexte réglementaire et normatif

Dans le cadre de la RT 2012, le traitement de la perméabilité à l’air des bâtiments à usage d’habitation est rendu obligatoire par l’article 8 du chapitre IV de l'arrêté du 26 octobre 2010. D’autre part, l’article 17 du même arrêté précise les seuils réglementaires à respecter :

  • 0,6 m3/(h.m²) pour les maisons individuelles
  • 1 m3/(h.m²) pour les logements collectifs

La mesure de perméabilité à l'air des bâtiments, conformément à l'arrêté du 26 octobre 2010 ou à l’arrêté du 28 décembre 2012, doit être réalisée depuis le 1er septembre 2016 conformément à la norme ISO 9972 « Détermination de la perméabilité à l'air des bâtiments » et son guide d'application FD P50-784 associé.

Un indicateur et deux possibilités de mesure (global ou par échantillonnage) de la perméabilité à l’air

La perméabilité à l'air du bâti est caractérisée dans la réglementation thermique par un coefficient de perméabilité à l'air appelé Q4Pa-surf. Ce dernier représente le débit de fuite par m² de surface déperditive hors plancher bas (ATbat) sous une dépression de 4 Pa, et s’exprime en m3/(h.m²).

Le guide d’application FD P 50-784 précise les situations pour lesquelles un bâtiment résidentiel collectif s’affranchit de la mesure de la perméabilité à l’air sur l’intégralité du bâtiment. Dans ce cas, une règle d’échantillonnage s’applique. Cette possibilité offerte, dépend entre autres de la SRT et de la présence ou non d’une gaine gaz ouverte sur les parties communes. 

 

Bâtiment résidentiel collectif

 SRT ≤ à 500 m² en absence d’une gaine gaz ouverte

SRT ≤ à 500 m² en présence d’une gaine gaz ouverte

SRT est > à 500 m²

Mesure effectuée

Bâtiment dans sa totalité

ou

Règle d’échantillonnage

Règle d’échantillonnage

Bâtiment dans sa totalité

ou

Règle d’échantillonnage

 

Tableau - Mesure de la perméabilité de l'air
Mesure de la perméabilité de l'air en résidentiel collectif

En cas de gaine gaz ouverte sur les communs ou en l’absence de circulation commune permettant la mesure du bâtiment dans sa totalité, la règle d'échantillonnage est appliquée et une justification précise du recours à cette méthode doit être apportée dans le rapport de mesure.

Le terme "gaine gaz ouverte sur les communs" désigne une gaine gaz dont au moins une ouverture de ventilation débouche dans les communs (hall d’entrée aéré / ventilé…) [source : faq du site CEREMA dédié à la Norme NF EN ISO 9972 et guide d’application FD P50-784]

Rappels

1/ Il est possible de justifier du traitement soit par une mesure, soit en adoptant une démarche certifiée de qualité de l’étanchéité à l’air du bâtiment selon les modalités définies à l’annexe VII. Cet agrément délivré par un organisme mandaté par le ministère en charge de la construction, permet de ne plus réaliser des mesures systématiques.

2/ Cette mesure doit être effectuée par une personne reconnue compétente par le ministre chargé de la construction et de l’habitation, indépendante du demandeur ou des organismes impliqués en exécution, maîtrise d’œuvre ou maîtrise d’ouvrage sur les bâtiments visés

3/ Lors d’une mesure réalisée par échantillonnage, l’étanchéité à l’air entre logement devient impactante (contrairement à un test d’étanchéité sur l’ensemble du bâtiment pour lequel l’étanchéité à l’air entre logements n’est pas un critère).


Ces informations n'ont qu'un caractère documentaire et indicatif. L'internaute est seul responsable de l'usage et des interprétations qu'il en fait et notamment de leur adéquation à la situation qu'il rencontre, des résultats qu'il obtient, des conseils et actes qu'il en déduit et/ou émet. 

Définition
Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :4 notes
5/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
1 commentaire sur cet article
Par ITA, le 20/04/2017 à 11:11
BIBLIOTHEQUE TECHNIQUE
incidence sur les mesures de perméabilité