Solution

Chaudière à condensation collective

Mis à jour le

Produits constitutifs et fonctionnement de la solution

Produits constitutifs

Chaudière collective à condensation

Chaudière à condensation collective

Principe de fonctionnement d’une chaudière à condensation

La chaudière gaz à condensation reprend le même principe de fonctionnement qu’une chaudière classique et permet en plus d’optimiser la récupération de la chaleur contenue dans les produits de combustion, tirant ainsi profit de toute l’énergie libérée lors de la combustion du gaz.

Dans une chaudière classique, le circuit d’eau du chauffage central est réchauffé uniquement grâce à la combustion du gaz naturel. La chaudière gaz à condensation récupère en plus l’énergie contenue dans les fumées. Ces fumées contiennent en effet de la vapeur d’eau qui libère de la chaleur en se condensant. En récupérant cette chaleur (dite chaleur latente), la chaudière à condensation bénéficie d’un surplus d’énergie et consomme moins d’énergie que les chaudières classiques.

Fonctionnement chaudiere condensation collective
Fonctionnement d’une chaudière à condensation

La directive européenne 2009/125/CE dite ERP (Energy Related Product) fixe les exigences en matière d’écoconception applicables aux produits énergétiques, en particulier sur le marché de la rénovation. Pour les dispositifs de chauffage des locaux et les dispositifs de chauffage mixtes, elle est complétée par le règlement 813/2013 dans lequel des exigences spécifiques de performances sont imposées. Elle impose notamment des rendements minimaux pour toutes les chaudières de puissance comprise entre 70 kW et 400 kW, vendues à partir du 26 septembre 2015 :

  • 95.5 % PCI à pleine charge ou 86 % PCS.
  • 104.4 % PCI à 30 % de charge ou 94 % PCS.

Pour les chaudières de puissance inférieure à 70 kW, les rendements minimaux devront être de :

  • 95,5 % PCI ou 86 % PCS.

Modes de fonctionnement d’une chaudière collective

Une chaudière à condensation collective peut fonctionner :

  • Seule, à forte puissance.
  • Avec un ensemble de chaudières, en cascade.

Les chaudières collectives fonctionnent généralement pendant 80 % du temps à moins de 30 % de charge. Il est en effet primordial de privilégier la modulation et un faible de taux de charge : plus les taux de charge sont faibles, et plus les performances de la chaudière et donc son rendement sont élevés. En effet, plus une chaudière est surdimensionnée par rapport aux besoins de chauffage annuels du bâtiment, plus le nombre de jours sans modulation sera important, dégradant ainsi ses performances.

C’est pourquoi il est vivement recommandé de mettre en place plusieurs chaudières en cascade plutôt qu’une seule chaudière de forte puissance afin de bénéficier du meilleur rendement de production : cela permet de travailler au plus bas taux de charge sur plusieurs chaudières, et donc d’augmenter le rendement de la solution.

Le dimensionnement de la/des chaudière(s) se fera en fonction de la puissance nécessaire à fournir pour le chauffage et/ou la production d’ECS, calculés dans l’étude thermique pour palier les déperditions et besoins d’eau chaude.

Dans le cadre d’un fonctionnement en cascade, un paramétrage optimal de la cascade sera à effectuer, en fonction du profil et des consommations du site.

 

Schéma de fonctionnement d’une chaudière à condensation collective dans un logement collectif
Schéma de fonctionnement d’une chaudière à condensation collective dans un logement collectif

Atouts de la solution

  • Investissement compétitif en logement collectif.
  • Installation unique de chauffage et d’ECS pour l’immeuble.
  • Solution connue et maîtrisée par les différents acteurs de la filière.
  • Entretien contractuel géré par un exploitant.
  • Coût de maintenance faible car réparti sur l’ensemble des occupants.
  • Encombrement limité dans les logements.
  • Intégration facilitée d’une énergie d’appoint (solaire, PAC absorption, etc.).

Points de vigilance

Sur la règlementation

  • Depuis 1974, tout immeuble neuf doit être doté d’une régulation collective fonction de la température extérieure. Cette régulation doit également intégrer (depuis 1988) un programmateur gérant l’intermittence du chauffage.
     
  • Au 31 mars 2017, les copropriétés et l’habitat social dotés d’un chauffage collectif devront avoir mis en place un système de comptage individuel de la consommation d’énergie (et d’eau) dans chaque logement.

 

 

Sur la mise en œuvre

  • Mettre à disposition un local dédié avec des règles de conception à respecter (si la puissance de l’installation dépasse 70 kW).
  • Equilibrer la distribution de la chaleur en adaptant le débit d’eau chaude circulant dans les émetteurs en fonction des besoins détectés.
  • Prévoir un schéma hydraulique simple et adapté.
  • S’assurer de la mise en place et du suivi d’un contrat d’entretien adapté à l’installation.

Saisie de la solution dans l’outil RT 2012

La chaudière à condensation collective au gaz naturel est bien valorisée par la RT 2012.

Téléchargez la fiche de saisie RT2012 Perrenoud de la chaudière à condensation collective
Téléchargez la fiche de saisie RT2012 BBS de la chaudière à condensation collective
Téléchargez les fiches de saisie RT 2012 pour la chaudière à condensation collective chauffage et froid Perrenoud

Indication tarifaire

Le prix fourni/posé d’une installation de chaudière(s) à condensation collective(s) est estimé à environ 100 € / kW (hors distribution).