Réponse d'expert

N°215 : En cas de panne ou en rénovation doit-on remplacer une chaudière à tirage naturel (type B1) par une chaudière étanche (type C) ?

Mis à jour le

Oui, mais certaines exceptions existent.

En logement collectif


L’article 16 de l’arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants modifié par l’arrêté du 22 mars 2017 (entrée en vigueur au 1 janvier 2018) indique :

Une chaudière non étanche à coupe-tirage de type B1 ne peut être installée, y compris en remplacement d'une chaudière du même type, qu'en logement collectif sur un conduit commun à plusieurs logements existants, ou en logement collectif sur un conduit individuel de plus de 10 mètres de longueur.

En résumé :

Si votre chaudière type B1 est sur un conduit collectif type SHUNT, Alsace, VMC gaz ou alvéole technique gaz, en cas d’impossibilité de réalisé une rénovation globale du conduit collectif pour installer un 3CEP par exemple, vous devrez réinstaller une chaudière de même type bas NOX comme exigé par la directive Eco Conception 2009/125/CE.

En cas de changement de type de chaudière (une type B1 par une Type C par exemple), elle ne sera pas compatible avec le conduit collectif, donc interdite.

 

Dans un appartement dont le conduit individuel fait plus de 10m (soit plus de 3 étages au-dessus de votre logement), vous pouvez réinstaller une chaudière de type B1 bas NOX comme exigé par la directive Eco Conception 2009/125/CE.

 

Dans cette configuration, avant de choisir à installer une chaudière type B23p ou C9 et une type B1 Bas NOx, il faudrait réalisé une analyse coût/bénéfice/environnement/avantages, en prenant en compte les éléments suivants :

Chaudière type C condensation :
- La sécurité à solution étanche
- Le confort de chauffe et de production d’ECS
- Les économies générées sur la facture énergétique (modulation de la puissance+ condensation)
- Eligibles au dispositif d’aide
- impact environnemental limité / réduction des émissions de polluants atmosphériques
- Hausse de la Valeur » verte » du bien immobilier
- Sa compacité et son design
- Niveau sonore moindre

Chaudière Type B1 bas NOx :
- La sécurité à solution non étanche
- Pas ou peu d’économie sur la facture
- Pas d’éligibles au dispositif d’aide
- Pas de réduction des émissions de polluants atmosphériques
- Pas de hausse de la Valeur » verte » du bien immobilier
- un tubage du conduit vertical pourrait être nécessaire, conformément au chapitre 5.3.3 de la NF DTU 24.1 P1-1-1.

 

Dans les autres cas, en logement collectif, l’installation des chaudière type B23p ou C, à condensation, est obligatoire.

Note : L’installation d’une chaudière type B23p, conforme au chapitre 3.3.1.3.b du guide EVAPDC du CNPG, peut s'avérer être une solution pertinente.
Par exemple : dans une cuisine où il existe une plaque de cuisson au gaz. Elle permet d'extraire les produits de combustion générés par celle-ci. Voir réponse d’expert N°160

 

A savoir :

Pour une meilleure efficacité de la chaudière à condensation, un calcule sur les émetteurs de chaleur peut être nécessaire, notamment en cas de leurs remplacements. L'article 20 de l’arrêté du 3 mai 2007 stipule que :
« Lorsque la totalité de l'installation de chauffage (générateur et émetteur) est remplacée, les radiateurs sont adaptés au fonctionnement à basse température. 

Le non-respect de l’article 16 de l’arrêté du 3 mai 2007 et/ou l’absence de certificat de conformité modèle 2, expose le propriétaire de l’installation à un refus d’entretien de la chaudière par les entreprises de maintenance.

 

En maison individuel


Il est interdit, en logement individuel, de remplacer une chaudière de type B1 par une chaudière de même type. En effet, l’article 16 de l’arrête du 3 mai 2007 est très claire. Cette exception n’est valable que pour un logement collectif.

Dans la configuration d'un remplacement ou lors d'une pose de chaudière gaz dans une installation intérieure neuve, la solution d'installer une chaudière type B23p ou C, à condensation, est une obligation.

 

A savoir :

Pour une meilleure efficacité de la chaudière à condensation, un calcule sur les émetteurs de chaleur peut être nécessaire, notamment en cas de leurs remplacements. L'article 20 de l’arrêté du 3 mai 2007 stipule que :

« Lorsque la totalité de l'installation de chauffage (générateur et émetteur) est remplacée, les radiateurs sont adaptés au fonctionnement à basse température. »

Le non-respect de l’article 16 de l’arrêté du 3 mai 2007 et/ou l’absence de certificat de conformité modèle 2, expose le propriétaire de l’installation à un refus d’entretien de la part des entreprises de maintenance de chaudière gaz.

 

Pour les chauffe-bains et les accumulateurs gaz


Il n’y a pas d’obligation de remplacer un appareil de type B1 par un appareil de type C.

L’article 29 de l’arrêté du 3 mai 2007 indique que :

« Les accumulateurs gaz et les chauffe-bains installés ou remplacés doivent avoir des performances thermiques au moins égales aux normes européennes : EN 89 pour les accumulateurs gaz et EN 26 pour les chauffe-bains à production instantanée. »

L’obligation de remplacement, d’un appareil type B1 par un appareil type B23p ou C à condensation, n’est valable que pour les chaudières

Textes réglementaires de référence

Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :1 note
5/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article