Réponse d'expert

N°114 : En résidentiel neuf, le choix du mode de régulation d’une chaudière hybride influe-t-il sur le calcul du Cep ?

Mis à jour le

Oui, le choix du mode de régulation a une incidence sur le calcul du Cep. Une pénalisation de 3 % du Cep sur l’usage chauffage doit s’appliquer, dès lors que le système permettant la commutation entre les deux générateurs propose en plus d’une régulation sur énergie primaire, un autre type de régulation.

Contexte réglementaire

La chaudière hybride étant un système innovant, ses spécificités ne sont pas prises en compte dans la méthode de calcul réglementaire Th-B-C-E 2012. Afin de valoriser cette solution, une demande de Titre V a été présentée et acceptée par arrêté en date du 13 août 2015

Les différents modes de régulation proposés pour une chaudière hybride

Sur énergie primaire

Le système de régulation est piloté par un COP pivot, COP correspondant à la limite de fonctionnement de la PAC. Ce COP est égal à 2,58. La commutation d’un générateur à l’autre se fait via la régulation qui évalue le COP instantané et le compare à cette valeur de 2,58. L’évaluation du COP se fait via une matrice (table de COP) intégrée à la régulation, en fonction de la température extérieure et de la température de production. En résulte une température de bascule propre à ce mode de régulation.

Cet arbitrage en temps réel, garantit le choix de la technologie la plus performante en énergie primaire quelle que soit la température extérieure, optimisant ainsi le rendement global de la solution hybride.

Régulation en mode performance énergétique
Régulation en mode performance énergétique

Sur le prix des énergies

Selon les modèles, l’arbitrage peut également se faire sur le prix des énergies. Ce mode de régulation vise à prioriser le coût du kWh consommé le moins cher. C’est alors le système le plus performant économiquement qui est privilégié.

A chaque instant, le coût du kWh produit à des fins de chauffage est estimé en fonction du rendement des systèmes mais également en fonction du prix du kWh d’origine gaz et/ou électrique consommé. Cette méthode définit une nouvelle température de bascule.

Il est important de rappeler que la quantité d’énergie nécessaire pour produire un kWh chauffage va dépendre du rendement de chaque équipement, rendement influencé par la température de production et par la température extérieure, notamment pour la PAC.

Le principe de basculement vers l’un ou l’autre des systèmes via la régulation caractérise les technologies hybrides par opposition aux solutions combinées où la PAC fonctionne en permanence, quelle que soit la température extérieure, avec une chaudière en relève apportant le juste complément d’énergie.

Une régulation sur la performance économique impose de réactualiser périodiquement les données renseignées dans le système et de veiller à ce que les prix renseignés soient TTC.
Régulation en mode performance économique
Régulation en mode performance économique

Le principe de basculement vers l’un ou l’autre des systèmes via la régulation caractérise les technologies hybrides par opposition aux solutions combinées où la PAC fonctionne en permanence, quelle que soit la température extérieure, avec une chaudière en relève apportant le juste complément d’énergie.

Méthode de prise en compte du mode de régulation dans les calculs RT 2012

La régulation sur énergie primaire pour le chauffage est modélisée par l’utilisation des températures limites de fonctionnement de la pompe à chaleur. En cas de dépassement des limites de fonctionnement, la méthode de calcul TH-B-C-E impose l’arrêt de la pompe à chaleur. Les besoins sont alors reportés sur la chaudière à condensation.

Une correction de la consommation d’énergie primaire sur l’usage chauffage du bâtiment est apportée en fonction du type de régulation proposé par le système :

 Cep-ch-corrigé =  α*Cep-ch

 Cep-ch-corrigé   correspond à la consommation conventionnelle d’énergie primaire de chauffage corrigée

Cep-ch  correspond à la consommation conventionnelle d’énergie primaire de chauffage définie dans l’’annexe de l’arrêté du 20 juillet 2011.

α correspond au coefficient de modulation selon le type de régulation proposé :

  • α =1 si le système permettant une commutation entre les deux générateurs propose uniquement une régulation sur énergie primaire,
  • α =1,03 si le système permettant une commutation entre les deux générateurs propose, en plus d’une régulation sur énergie primaire, un autre type de régulation.

Au vu des éléments ci-dessus, une pénalisation de 3%, conformément au titre V, s’applique sur le calcul de la consommation d’énergie primaire chauffage lorsque la régulation peut se faire sur le coût des énergies. En effet, dans cette configuration, la consommation d’énergie primaire n’est pas optimisée.

Cette correction du Cep sur l’usage chauffage doit être réalisée en post traitement. C’est-à-dire sur la consommation en énergie primaire de chauffage calculée par le logiciel réglementaire.

En vue de la mise en application du label Energie Carbone, certains fabricants proposent dorénavant une régulation sur la quantité de CO2 émis par kWh d’énergie consommée.

Ces informations n'ont qu'un caractère documentaire et indicatif. L'internaute est seul responsable de l'usage et des interprétations qu'il en fait et notamment de leur adéquation à la situation qu'il rencontre, des résultats qu'il obtient, des conseils et actes qu'il en déduit et/ou émet. 

Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :3 notes
5/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article