Réponse d'expert

N°47 : Doit-on impérativement modifier les émetteurs lors d’un remplacement de chaudière standard par une chaudière à condensation ?

Mis à jour le

Non, il n’est pas nécessaire de modifier le système d’émission lors d’un remplacement de chaudière standard par une chaudière gaz à condensation. En effet, en appliquant une régulation adaptée aux émetteurs en place par sonde de température extérieure, également appelée « Loi d’eau », les performances de la chaudière gaz à condensation sont optimisées et la mise en place d’émetteurs basse température n’est pas nécessaire.

Définition

Loi d’eau

La régulation par loi d’eau permet de réguler la température d’eau du réseau de chauffage en fonction de la température extérieure. Cette caractéristique a deux vertus :

  • Adapter la température de l’eau de chauffage pour maintenir le confort dans le logement quelles que soient les conditions extérieures. En effet, plus la température extérieure est basse, plus les déperditions d’un bâtiment sont importantes. Dans ces conditions, il est nécessaire de produire une eau de chauffage à une température plus élevée. 
  • Augmenter la condensation : plus la température de l’eau de retour du réseau de chauffage est basse, plus le taux de condensation est important. Pour rappel, une installation fonctionnant au gaz naturel condense à partir de 57°C. En intersaison, lorsque les températures extérieures sont clémentes, il n’est pas nécessaire de travailler sur un régime haute température (60-80°C), d’une part parce qu’il sera plus difficile de réguler pour atteindre la température de consigne du logement et d’autre part car le retour à 60°C ne permet pas le phénomène de condensation et donc l’utilisation optimale de la chaudière. 

Nota bene : 57°C correspond à la température théorique de retour d’eau de chauffage à partir de laquelle l’eau (sous forme vapeur) contenue dans les produits de combustion commence à condenser. L’atteinte de ce point de rosée dépend des conditions de pression mais également de la composition chimique des fumées. Afin d’atteindre un rendement proche du rendement nominal, la température des fumées devra être sensiblement inférieure à la température de rosée, ce qui sera possible en diminuant la température d’eau de chauffage.

Le graphique ci-dessous montre qu’avec une régulation type "loi d’eau" le phénomène de condensation de la chaudière est possible environ 95% de l’année. De plus avec ce type de régulation, le circulateur fonctionne en continu puisque la loi d’eau agit directement sur le brûleur ou sur une vanne mélangeuse. Ce principe évite ainsi une usure prématurée du circulateur due à la multiplication des cycles marche-arrêt.

Avec une régulation type "loi d’eau" le phénomène de condensation de la chaudière est possible environ 95 % de l’année
Avec une régulation type "loi d’eau" le phénomène de condensation de la chaudière est possible environ 95 % de l’année

Ces informations n'ont qu'un caractère documentaire et indicatif. L'internaute est seul responsable de l'usage et des interprétations qu'il en fait et notamment de leur adéquation à la situation qu'il rencontre, des résultats qu'il obtient, des conseils et actes qu'il en déduit et/ou émet. 

Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :0 note
0/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article