Réponse d'expert

N°209 : Une coupure de chauffage de 7 heures (pour passer en mode ECS dans une chaufferie) a-t-elle un impact sur le confort des occupants dans un bâtiment résidentiel collectif neuf ?

Mis à jour le

Non, l’impact sur le confort est très limité dans le cas d’un arrêt du chauffage dans un bâtiment collectif neuf RT 2012. Explications à l’aide d’une simulation thermique dynamique.

Contexte


Aujourd’hui, les chaufferies actuelles assurant le chauffage et l’eau chaude sanitaire fonctionnent en priorité sur l'eau chaude sanitaire.

Quand l’installation ECS est en demande (à cause d’un puisage conséquent ou pour combattre les pertes de bouclage), la chaudière passe en mode ECS et donne la priorité à cette dernière au détriment du chauffage.

Mais que représente cet arrêt du chauffage comme inconfort pour les occupants ?

En fonction de l’isolation et de l’inertie du bâtiment, l’inconfort peut être quasi inexistant ou réel. Pour s’en assurer, une simulation thermique dynamique (STD) du bâtiment est donc utile.

Etude de cas


La simulation suivante, réalisée sur un bâtiment collectif neuf (RT2012), montre qu’une coupure temporaire de la production de chauffage pourrait se faire sans générer d’inconfort.

Chutes de températures intérieures dans un appartement en fonction de l’inertie suite à un arrêt de 7h du chauffage
Chutes de températures intérieures dans un appartement en fonction de l’inertie suite à un arrêt de 7h du chauffage

Durant les deux jours très froids de cette simulation, une coupure du chauffage durant 7 h ferait chuter la température de l’air intérieur de moins de 3°C dans le cas d’une inertie faible et de 2 degrés pour une inertie moyenne ou forte.
La chute de température de 1°C la première demi-heure (due au renouvellement d’air et à l’inactivité des occupants) peut paraître importante, mais il ne s’agit que de la température de l’air. L’occupant ne ressent pas cette baisse car « les murs et autres surfaces prennent le relai par rayonnement ». La température ressentie ne varie donc pas autant.

Enfin, un arrêt de chauffage de 7 h pour produire l’ECS (et/ou réchauffer le volume de stockage) semble largement suffisant, même en accumulation pure. L’arrêt nécessaire pour une production semi-accumulée, semi-instantanée ou instantanée serait de beaucoup plus courte durée.

Zoom sur les 26 et 27 janvier
Zoom sur les 26 et 27 janvier

Cette simulation tend à montrer qu’une coupure de chauffage pour produire de l’eau chaude sanitaire est sans conséquence pour le confort de l’occupant. Attention cependant à ne pas en tirer trop vite des conclusions. La situation est sans doute bien différente pour un bâtiment existant, moins bien isolé.

Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :2 notes
5/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article