Réponse d'expert

N°149 : Les consommations d’électricité des parties communes sont-elles prises en compte dans le bilan BEPOS du référentiel Energie-Carbone en logements collectifs ?

Mis à jour le

Oui, les consommations d’électricité des parties communes sont prises en compte dans le bilan BEPOS du référentiel Energie-Carbone en logements collectifs.

Contrairement au Cep (consommation en énergie primaire de la RT2012) qui se limite au calcul de 5 usages (chauffage, climatisation, eau chaude sanitaire, auxiliaires, éclairage des logements), le bilan BEPOS tient compte d’un sixième usage comprenant :

  • les consommations des usages immobiliers tels que les ascenseurs, l’éclairage des parties communes et parkings
  • les consommations des usages mobiliers tels que la TV, hi-fi, électroménager, etc... (au sein des parties privatives)
Principe du bilan BEPOS
Principe du bilan BEPOS

Contexte réglementaire

  • Référentiel « Energie – Carbone » - Méthode d’évaluation de la performance énergétique et environnementale des bâtiments neufs.
  • Référentiel « Energie –Carbone » - Niveaux de performance « Energie – Carbone » pour les bâtiments  neufs.

Consommations des parties communes prises en compte

Les consommations électriques des parties communes sont prises en compte dans les consommations des usages immobiliers. Les consommations prises en compte sont celles des ascenseurs, de l’éclairage des parties communes (parkings et circulations), ainsi que la ventilation des parkings. Celles-ci sont déterminées de manière forfaitaire par des règles de calcul définies dans la « méthode d’évaluation de la performance énergétique et environnementale des bâtiments neufs ».

Prise en compte des usages mobiliers et immobiliers dans les logiciels thermiques

Les différentes consommations sont calculées automatiquement par les logiciels conformes au référentiel E+C- par la saisie de différentes informations utilisées dans les calculs forfaitaires. Ces informations concernent par exemple :

  • La surface utile ou surface habitable de la zone du bâtiment desservie par les ascenseurs
  • La SRT (surface thermique de référence de la RT2012) globale du projet et la SRT des différentes zones thermiques du bâtiment
  • La surface des parkings (couvert ou non) ou encore le nombre de places de parkings
  • L’usage du bâtiment

Certaines de ces informations peuvent être saisies dans la partie thermique de la modélisation du bâtiment (et non dans la partie étude environnementale).

Règles de calcul des consommations des usages mobiliers et immobiliers du bâtiment

  • Ascenseurs

Dans les bâtiments munis d’ascenseurs, la consommation totale d’électricité nécessaire est fonction de la surface habitable de la zone du bâtiment desservie par les ascenseurs et de la SRT de la zone. La consommation en énergie finale est alors donnée par :​

Calculs des consommations des usages mobiliers et immobiliers en bâtiment ascenceurs
Calcul des consommations usages mobiliers immobiliers bâtiment ascenceurs

Avec :

  • SUzRT : La surface utile ou surface habitable de la zone du bâtiment desservie par les ascenseurs
  • SzRT : La surface thermique de la zone du bâtiment au sens de la RT2012
  • S’il n’y a pas d’ascenseurs, cette consommation électrique est nulle.

 

  • Parkings

Dans les bâtiments munis de parkings (couvert ou non), la consommation de l’éclairage et de la ventilation est prise en compte.

En présence d’un système de ventilation mécanique dans un parking couvert, la consommation électrique en énergie finale est calculée de la manière suivante :

Calculs des consommations des usages mobiliers et immobiliers en bâtiment parkings
Calculs des consommations des usages mobiliers et immobiliers en bâtiment parkings

Avec :

  • Spark = La surface du parking. Par défaut, on estime la surface à 20m² par place de parking.
  • Sbat RT = La surface thermique du bâtiment au sens de la RT2012.
  • SzRT = La surface thermique de la zone du bâtiment au sens de la RT2012.
  • Si le parking est non couvert, la consommation d’énergie est nulle.

Pour la consommation d’éclairage en énergie finale des parkings couverts, celle-ci est définie telle que :

Calculs des consommations des usages mobiliers et immobiliers en bâtiment parkings eclairage
Calculs des consommations des usages mobiliers et immobiliers en bâtiment parkings eclairage

(*) En cas de parking extérieur ou semi-couvert, ce coefficient est porté à 0,5. En l’absence d’éclairage, la consommation électrique de ce poste est nulle.

 

  • Autres parties communes : circulations

La consommation conventionnelle d’électricité en énergie finale pour l’éclairage des circulations (hall et escaliers) et pour les systèmes de gestions associés et l’alimentation des boitiers de secours des bâtiments de logements collectifs est égale à :

Calculs des consommations des usages mobiliers et immobiliers en bâtiment circulations
Calculs des consommations des usages mobiliers et immobiliers en bâtiment circulations

Consommations des usages immobiliers prises en compte

Les consommations électriques des usages mobiliers sont également prises en compte. Ces consommations correspondent aux consommations des équipements des logements (TV, hi-fi, électroménager, etc.). Celles-ci sont considérées de manière forfaitaire dans la méthode de calcul, à savoir 27 kWh/m²SRT.an en logements collectifs.

Cas des autres usages

Toutes les typologies de bâtiments comprenant des circulations communes (hall, escaliers) ou des parkings (couverts ou non) sont concernées par la prise en compte des usages immobiliers (bureaux, hôtels, commerces, restauration, enseignement, etc.). Le calcul des consommations des usages immobiliers se réalise de la même manière qu’en logements collectifs, comme décrit précédemment. Quant aux usages mobiliers, ceux-ci sont considérés de manière forfaitaire et varient en fonction de l’usage du bâtiment. Ces consommations sont également déterminées automatiquement par les logiciels conformes au référentiel Energie-Carbone.

 

Ces informations n'ont qu'un caractère documentaire et indicatif. L'internaute est seul responsable de l'usage et des interprétations qu'il en fait et notamment de leur adéquation à la situation qu'il rencontre, des résultats qu'il obtient, des conseils et actes qu'il en déduit et/ou émet.

Définition
Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :8 notes
4/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article