Réalisation

Chaudière à condensation gaz naturel et conduit Rénoshunt à la résidence Le Calvaire à Harfleur (76)

Mis à jour le

La résidence locative « Le Calvaire » composée de 80 logements, a été rénovée au niveau de ses installations de chauffage et de production d’ECS. La combinaison de deux systèmes que sont : la chaudière à condensation gaz naturel et le conduit Renoshunt, permet d’assurer le confort des résidents et de diminuer les coûts d’exploitation (23% de gain de charges après travaux).

Carte d'identité

Date des travaux :
2016
Localité :
Harfleur (76)
Type de bâtiment :
Logements sociaux
Superficie :
6502 m²
Maître d'ouvrage : Immobilière Basse Seine, filiale des sociétés 3F, Anthony FERRE, Le Havre (76)
Architecte : ATELIER TMF, Bois-Guillaume (76)
Bureau d'études thermiques : Eco-fluides, Samuel COQUEL, Petit Couronne (76)
Consommations observées : 124 kWhep/m²

Introduction

La résidence locative « Le Calvaire » a été rénovée au niveau de ses installations de chauffage et de production d’ECS. La combinaison de deux systèmes que sont : la chaudière à condensation gaz naturel et le conduit Renoshunt, permet d’assurer le confort des résidents et de diminuer les coûts d’exploitation (23% de gain de charges après travaux).

Résidence Le Calvaire-Harfleur (76) - cegibat
Résidence Le Calvaire-Harfleur (76)
Résidence Le Calvaire-Harfleur (76) -CEGIBAT
Résidence Le Calvaire-Harfleur (76) 2
Résidence Le Calvaire-Harfleur (76)  -CEGIBAT
Résidence Le Calvaire-Harfleur (76) 3

Contexte

Localisé à Harfleur (76), la résidence locative Le Calvaire se compose d’un ensemble de 80 logements allant du T3 au T4, répartis sur 4 étages. Cette résidence composée de 4 bâtiments est gérée par Immobilière Basse Seine (IBS), entreprise sociale pour l’habitat et filiale des sociétés 3F.
L’ensemble des logements de la résidence a fait l’objet d’une rénovation énergétique en 2016. En effet, chaque logement était équipé d'une chaudière murale de 15 ans d’âge, ces dernières avaient besoin d’être remplacées par des équipements plus performants.

Cette rénovation énergétique a été motivée par deux grands enjeux : économiques et énergétiques. En effet, IBS avait comme objectif de diminuer la consommation énergétique de ces bâtiments, en passant d’une étiquette énergétique de classe D à une classe B. L’objectif étant de pourvoir entraîner une diminution des charges des locataires.

Solution retenue

Chaudière Chaffoteaux MIRA C GREEN - CEGIBAT
Chaudière Chaffoteaux MIRA C GREEN

La solution retenue : chaudières à condensation gaz naturel et conduit collectif Rénoshunt pour l’évacuation des produits de combustion

Avant rénovation énergétique, la production de chauffage et d’ECS était déjà assurée par une chaudière murale basse température fonctionnant au gaz et raccordée à un conduit de fumée Shunt. Une ventilation mécanique système basse pression y était également installée. Ce système étant à l’origine de consommations énergétiques importantes, il devenait essentiel de changer de mode de production.

L’objectif premier de cette conversion était d’optimiser le fonctionnement des chaudières pour les rendre plus performantes, afin de réaliser des économies d’énergie et être en adéquation avec les attentes des locataires.

Afin de limiter au maximum la gêne occasionnée pour les locataires, présents au moment des travaux, une solution nécessitant une intervention de courte durée, devait être mise en place. De plus, IBS souhaitait pouvoir laisser les chaudières aux emplacements existants pour limiter au maximum les travaux dans les logements. Ainsi, la solution répondant à ces différentes contraintes et utilisant le gaz naturel (déjà utilisé par les chaudières en place), était la chaudière à condensation raccordée à un conduit Rénoshunt, utilisant les anciens conduits Shunt.

UNE MODERNISATION DU SYSTEME DE CHAUFFAGE ET D’ECS PAR UN SYSTEME COMBINE : CONDENSATION ET CONDUIT COLLECTIF

La production de chauffage et d’ECS des 80 logements de la résidence Le Calvaire est désormais assurée par des chaudières à condensation gaz naturel Mira C Green, de marque Chaffoteaux. Ces chaudières murales mixtes à micro accumulation ont une puissance unitaire de fonctionnement de 25 kW. Leur rendement quant à lui est de 107,7% à charge partielle.

Afin d’évacuer le gaz brulé, un système Rénoshunt, de marque Poujoulat, a été installé. Il s’agit d’un conduit collectif concentrique mis en place grâce à un tubage dans le conduit de fumée Shunt existant. Les fumées sont alors canalisées vers l’extérieur. Ce système permet ainsi de préserver le conduit de fumée existant des condensats issus de la chaudière à condensation, les conduits Shunt n’étant pas adaptés à ce type d’évacuation.

Dans le cadre de cette rénovation énergétique, l’objectif étant d’atteindre la performance énergétique symbolisée par l’étiquette C, d’autres modifications ont été entreprises. En effet, l’installation d’une ventilation mécanique contrôlée de type hygroréglable B (puissance de caisson par bâtiment 205 W), a accompagné ce changement. Il en est de même pour l’isolation thermique extérieure de chaque bâtiment. En effet, une isolation par l’extérieur de l’ensemble des murs périphériques, aux caractéristiques suivantes, a été réalisée :

  • Epaisseur de 145 mm
  • Résistance thermique minimale isolant : R ≥ 3,85 m².K/W

UNE MISE EN ŒUVRE RAPIDE DANS LE RESPECT DU CONFORT DES LOCATAIRES

La mise en œuvre de cette rénovation s’est faite sur 1 semaine par bâtiment. Cela a été permis par une intervention rapide de l’équipe en charge du chantier. Les locataires étant présents au moment des travaux, il était nécessaire d’avoir une durée d’intervention raccourcie.

L’installation des nouvelles chaudières à condensation s’est déroulée au même moment que les raccordements au conduit Rénoshunt. Les locataires raccordés au même conduit, situés les uns au-dessus des autres, devaient être présents au même moment pendant des travaux. Il était donc primordial que la durée des travaux par logement n’excède pas les 24h.
Pour les logements situés au rez-de-chaussée, une trappe de visite a été mise en place au niveau des cuisines pour faciliter l’accès au pied de la colonne d’évacuation Rénoshunt, pour permettre le ramonage des différents conduits. Il doit être fait annuellement, comme l’entretien de la chaudière à condensation.  

Lors de cette mise en œuvre, peu de difficultés ont été rencontrées. La seule difficulté était liée au perçage des conduits de raccordements des conduits Shunt. Cela nécessitait un bon repérage préalable des lieux et un vrai savoir-faire pour ne pas entrainer de dégradation chez le locataire.

Bilan

La rénovation globale du système de chauffage et de production d’ECS de ces 80 logements a couté 160 000 € HT.

UNE RENOVATION ENERGETIQUE REUSSIE REPONDANT AUX OBJECTIFS

La résidence Le Calvaire se compose de quatre bâtiments : C, E, F, G. Les bâtiments C, F, G étant identiques en tout point, pour ce bilan, nous nous appuierons seulement sur les bâtiments C et E.

Graphique : estimation des consommations d’énergie avant et après travaux - CEGIBAT
Estimation des consommations d’énergie avant et après travaux

Le graphique ci-dessus présente un bilan de la consommation totale en énergie primaire avant et après rénovation. Une répartition par poste y est décrite. En s’intéressant au poste chauffage, une diminution de cette consommation est constatée : nous avons un gain de 77% après rénovation.
Pour le poste ECS et ventilation, la rénovation énergétique du bâtiment a permis d’avoir respectivement un gain de 13% et de 68%.

Nous constatons également un gain sur les émissions de GES. Avant travaux, les valeurs étaient les suivantes :

  • Bâtiment C : GES= 44 kgéqCO2/m².an
  • Bâtiment E : GES= 43 kgéqCO2/m².an

Après la mise en place de la chaudière à condensation gaz naturel, les émissions de GES du bâtiment C et E sont de 14 kgéqCO2/m².an. Dans les deux cas, nous avons un gain de 68% par rapport aux émissions de GES.

UN BILAN ENERGETIQUE ET FINANCIER REPONDANT AUX ATTENTES FIXEES

Bâtiment C
  Coefficient d’énergie primaire Cep (kWhep/m²) Charges Totales annuelles (€ TTC) Total Charges et entretien annuel (€ TTC)
Avant rénovation 202 26259 28259
Après rénovation 69 12344 14344
Gain 65% 53% 49%

 

Bâtiment E
  Coefficient d’énergie primaire Cep (kWhep/m²) Charges Totales annuelles (€ TTC) Total Charges et entretien annuel (€ TTC)
Avant rénovation 201 26145 28145
Après rénovation 67 12347 14347
Gain 66% 52% 49%

 

Bâtiment C - Un bilan énergétique et financier répondant aux attentes fixées - CEGIBAT
Bâtiment C
Bâtiment E - bilan énergétique et financier - CEGIBAT
Bâtiment E

Le coefficient d’énergie primaire (Cep), coefficient représentant la consommation conventionnelle d’énergie primaire, a fortement diminué avant et après rénovation. En effet, entre l’existant et la nouvelle solution, nous avons un gain de 66%.
L’économie réalisée, en passant d’une chaudière murale sur conduit Shunt à une chaudière à condensation sur conduit Rénoshunt, se situe autour des 14 000 € TTC/an. Cette installation permet donc d’avoir une réduction des charges énergétiques de la résidence (l’un des objectifs fixés par IBS) d’environ 50%.

Ce projet est un bon exemple d’une rénovation énergétique réussie, tant sur le plan environnemental qu’économique. En effet, les différents bâtiments de la résidence Le Calvaire sont moins énergivores qu’avant cette rénovation. Cette solution est également compétitive sur le plan économique grâce à une diminution des charges énergétiques.
L’objectif fixé par Immobilière Basse Seine était double : atteindre l’étiquette énergétique B et diminuer les charges pour les locataires. Cet objectif est donc atteint grâce aux économies d’énergies et financières réalisées par ce projet.

Témoignages

Au cours de cette réhabilitation thermique, nous avons travaillé avec le bureau d’études Eco-fluides. Ce projet, initié début 2015, a été motivé par des raisons économiques, de confort et de sécurité. Pour le choix de la nouvelle solution de chauffage et de production d’ECS, nous avons fait confiance à Samuel Coquel (Gérant du BET) pour nous présenter la meilleure solution en fonction de l’étude thermique menée. C’est ainsi qu’il nous a préconisé de mettre en place des chaudières à condensation gaz naturel qui nécessite une intervention rapide. Etant soucieux du confort de nos locataires, il nous était important de réduire les interventions liées aux travaux de réhabilitation. Au départ, nous souhaitions mettre en place une solution avec la mise en place de ventouses à l’extérieur pour l’évacuation des fumées. Cependant, cela aura nécessité des travaux trop importants. Grâce à Eco-fluides, nous avons pu choisir une solution à la fois performante et rapide à installer.
Par Anthony FERRE
Maître d’ouvrage, Cadre technique filiale d’Immobilière Basse Seine, filiale des sociétés 3F
Nous avons mis en place ce système d’évacuation de gaz brulé de chez Poujoulat pour simplifier et minimiser l’intervention chez les locataires. A la base, les logements étaient équipés de chaudières sur conduit de fumée placées à côté des gaines techniques des cuisines. Cette solution nous a permis de laisser les chaudières à leur place et de ne pas avoir de ventouses qui traversent les cuisines. En effet, au départ nous étions partis sur une solution de chaudière à ventouse. Pour des raisons économiques, d’esthétisme et de durée d’intervention, nous avons décidé d’opter pour la chaudière à condensation, solution dont nous sommes pleinement satisfaits. En effet, la gêne du locataire en est réduite. Le seul axe d’amélioration que je vois à ce système serait d’augmenter le nombre de raccordements possibles au conduit Rénoshunt
Par Samuel COQUEL
Bureau d’études, Gérant d’Eco-fluides
Cette installation était pour nous une première, avec toutes les interrogations que cela supposait. Nous avions déjà réalisé des conduits 3CEp dans des logements neufs ainsi qu’en rénovation, mais le système Rénoshunt était beaucoup plus adapté au cas de la résidence Le Calvaire. En effet, cela a permis d’éviter de gros travaux de percement et la gêne occasionnée dans les logements habités, que ce soit en termes de bruits ou de poussières. De plus, cela permet un temps d’intervention moindre chez les locataires. Les locataires sont satisfaits de cette solution qui n’a pas impliqué la modification de leurs aménagements intérieurs. Ceci a été possible par la mise en place des conduits Rénoshunt, qui a permis de conserver les emplacements existants. Cela n’aurait pas été possible avec des chaudières à ventouse.
Par Tanguy DECAENS
Installateur, Gérant d’ERC
Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :2 notes
5/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article