Créez votre compte pour consulter la revue Vecteur Gaz ...
...et profiter de tous les avantages du compte Cegibat :
télécharger les fiches pratiques
visualiser le réseau de gaz
sauvegarder vos simulations
Réalisation

22 PAC hybrides font leurs preuves en lotissement

Mis à jour le
5/5 (1 avis)

Promologis est un pionnier de la mise en œuvre de PAC hybrides dans ses programmes de maisons individuelles. Le bailleur social a adopté cette solution qui allie sa volonté de recourir aux énergies renouvelables et le souhait des locataires d’utiliser le gaz. Visite de deux lotissements récemment construits à Odos et à Aureilhan, près de Tarbes. 

Carte d'identité

Date des travaux :
Début du chantier décembre 2020
Localité :
Odos et Aureilhan
Type de bâtiment :
2 lotissements de 8 et 14 pavillons
Maître d'ouvrage : Promologis
Architecte : Agence Peretto & Peretto - Agence Defol Mousseigne
Bureau d'études thermiques : Setes

Rayonnant sur l’ensemble de la région Occitanie, le bailleur social Promologis crée chaque année entre 1 000 et 1 200 logements, tant en maison individuelle qu’en logement collectif. Depuis l’entrée en vigueur de la RT2012, ce bailleur de logements abordables et durables a réfléchi à la meilleure façon de satisfaire à l’obligation de production d’énergie à partir de ressources renouvelables dans ses programmes d’habitat individuel (le collectif étant exempté de cette obligation). Pour ce faire, plusieurs options techniques ont été considérées, et notamment le solaire photovoltaïque. Une solution écartée dès lors que les règles de construction régies par les architectes des bâtiments de France (ABF) l’interdisent, comme c’est le cas à Tarbes et dans sa périphérie. « Dans ces zones “ABF“ des Pyrénées, la mise en œuvre de toitures en ardoise est de rigueur. Il n’est donc pas envisageable d’installer des panneaux photovoltaïques en toiture, explique Frédéric Solaini, responsable d’opérations au sein de l’agence Pyrénées Bigorre de Promologis. Par ailleurs, nous avons constaté que la population est habituée à l’énergie gaz dans la région, notamment parce que les hivers y sont plus rudes. De plus, le gaz reste une énergie plus compétitive que l’électricité. »

Le lotissement d’Aureilhan
Le lotissement d’Aureilhan comprend 14 pavillons, tous équipés de PAC hybride.

PAC HYBRIDES INDIVIDUELLES : UNE SOLUTION ÉPROUVÉE DEPUIS DIX ANS

Voilà près de dix ans que Promologis a adopté les PAC hybrides en logement individuel. « En collectif, un système de chauffage central classique avec chaudière au sol reste pertinent », précise Frédéric Solaini. Deux nouveaux lotissements sortis de terre en 2022 ont ainsi bénéficié de systèmes de chauffage hybrides : l’un à Odos, en périmètre ABF au sud de Tarbes, comprend 8 pavillons; l’autre à Aureilhan, commune limitrophe à l’est de Tarbes, se compose de 14 pavillons. Le mode constructif employé pour ces deux programmes est sensiblement le même : les pavillons sont de plain-pied sur vide sanitaire, les parois sont constituées de briques monomur et sont pourvues d’une isolation thermique par l’intérieur. Les seules différences notables entre les deux lotissements sont liées aux obligations du périmètre classé. Elles concernent la toiture – ardoise pour Odos, tuiles canal pour Aureilhan – et les menuiseries – double-vitrage aluminium à Odos, PVC à Aureilhan. La superficie des pavillons étant sensiblement identique (seulement une dizaine de m 2 de différence entre un logement T3 et un T4), les mêmes modèles de PAC hybrides (Hysae Hybrid d’Atlantic) ont été mis en œuvre dans tous les pavillons : « Cela fait des années que Promologis installe ce type d’équipement, rappelle Luc Girardin, gérant de l’entreprise Bajon Andres. Le dimensionnement des générateurs ayant été effectué par Promologis, avec l’aide de son BE, notre rôle a consisté à réaliser nos études d’exécution. »

Lotissement d'Odos
Le lotissement d’Odos, en périmètre protégé par les architectes des bâtiments de France, adopte l’ardoise en toiture. Le module extérieur prend discrètement place dans le jardin, à l’arrière des pavillons.

COMPLÉMENTARITÉ POUR LE CHAUFFAGE ET L’ECS

Ces générateurs hybrides se décomposent en deux parties : une chaudière murale à condensation de 28 kW double service, associée à une unité extérieure de pompe à chaleur (PAC) air-eau de 3 kW. Pour rappel, le principe général de cette solution est de tirer le meilleur parti des deux générateurs en les faisant fonctionner à leur optimum. Pour le chauffage, la PAC fonctionne en base en demi-saison et la chaudière prend le relais pour les périodes les plus fraîches. Pour l’ECS, la PAC assure une préparation jusqu’à environ 40 °C en micro-accumulation et la chaudière fournit le complément d’énergie nécessaire à la production d’ECS à 60 °C. La régulation intégrée au système hybride et asservie à la sonde de température gère le basculement entre PAC et chaudière. De par sa nature hybride, ce type de générateur requiert à la fois des compétences de plombier-chauffagiste et de frigoriste. En effet, la liaison frigorifique reliant l’unité extérieure de la PAC au module chaudière intérieur doit être réalisée par un professionnel titulaire d’une attestation de capacité à la manipulation des fluides frigorigènes(1). Cette condition est remplie par l’entreprise Bajon Andres qui, parmi ses 80 salariés, compte une dizaine de techniciens titulaires de cette attestation et donc aptes à réaliser ces installations. « Nous avons désormais une longue expérience dans la mise en œuvre de ce type de générateur hybride », assure Luc Girardin.

(1) Aujourd’hui, les PAC hybrides respectant la RE2020 sont en liaison hydraulique, il n’y a donc plus de liaison frigorifique entre le module intérieur et l’unité extérieure, ce qui facilite les travaux d’installation (le fluide frigorigène est situé dans l’unité extérieure).

Bilan de consommation d’un logement

Au détour d’une intervention de maintenance, la société Bajon Andres a dressé un décompte des consommations de l’une des maisons d’Aureilhan. Sur l’année 2022, la consommation totale d’énergie de ce foyer s’élève ainsi à 5282 kWh, se répartissant en 3178 kWh de gaz (chauffage, ECS et plaques de cuisson), pour 2104 kWh d’électricité (PAC, électricité spécifique, auxiliaires, éclairage). À titre indicatif, la consommation de gaz mesurée entre avril et décembre 2021 sur cette même maison s’était élevée à 2007 kWh. Afin de mettre ces mesures en perspective, l’entreprise s’est prêtée au jeu des estimations. Elle a ainsi évalué les consommations de gaz d’un foyer de trois personnes vivant dans un logement de 2021 d’environ 70 m2 équipé d’une PAC hybride à plus ou moins 7650 kWh (pour le chauffage et l’ECS).
Chaudière THPE
La chaudière THPE modulante double service Hysae d’Atlantic est associée à une unité extérieure de PAC air-eau.
PAC module exterieur
Le module extérieur de la PAC hybride.
Précédent
Suivant

RÉACTIVITÉ DU CHAUFFAGE ET DE L’ECS

« Sur ce type d’opération, la seule vraie difficulté réside dans le choix de l’implantation des unités extérieures, estime Thomas Sanchez, PDG du bureau d’études Setes. C’est un choix visuel à assumer. » Sur Aureilhan comme sur Odos, les maisons sont en enfilade et disposent toutes d’une palissade côté jardin. Dès lors, les unités extérieures ont pu être installées dans le jardin, généralement à proximité du garage. La chaudière y étant installée, la liaison frigorifique est ainsi aussi courte que possible. En l’absence de vis-à-vis et à l’abri derrière les palissades, les unités extérieures ne sont pas visibles depuis l’extérieur. Le traitement acoustique a été soigné, puisque, comme de rigueur, elles ont été posées sur des plots en mousse, limitant ainsi la transmission des vibrations à la dalle béton sous-jacente.

À l’intérieur des logements, les locataires disposent d’une centrale d’ambiance déportée dans le séjour, leur permettant de régler leur thermostat. « Nous conseillons aux locataires de conserver une température autour des 19 °C mais, s’ils le souhaitent, ils peuvent monter jusqu’à 22 °C », indique Frédéric Solaini. L’émission de chaleur passe par des radiateurs en aluminium – plus réactifs que des radiateurs en acier – dotés de robinets thermostatiques. À en croire le maître d’ouvrage, la facilité d’utilisation de cette centrale d’ambiance est l’un des motifs de satisfaction dont les locataires se sont fait l’écho, de même que la réactivité dans la fourniture d’eau chaude sanitaire. Car, outre le débit nominal de la chaudière (16 l/mn), les réseaux de distribution ont été optimisés en ce sens en phase de conception.

En cas de panne, l’entreprise Bajon Andres, installateur partenaire du fournisseur de la solution de chauffage, est en mesure d’intervenir en première intention. Elle dispose à cet effet d’un stock utile de pièces détachées. Selon les suites à donner, l’entreprise peut demander des pièces supplémentaires via la ligne d’assistance du fabricant, ou passer le relais à l’entreprise chargée par Promologis de l’exploitation et de la maintenance.

Centrale d’ambiance déportée
La centrale d’ambiance déportée dans le séjour permet aux locataires de régler leur thermostat.
A RETENIR

- Chaque logement est équipé d’un système de chauffage hybride composé d’une unité extérieure de PAC air-eau et d’une chaudière murale gaz à condensation modulante.
- Pour la production de chauffage, le fonctionnement de la PAC est privilégié lorsque les conditions climatiques lui permettent de fonctionner à haut rendement, la chaudière faisant l’appoint pour les températures les plus froides.
- La PAC assure la préparation d’ECS à environ 40 °C, la chaudière portant cette température à 60 °C. La production d’ECS se fait en micro-accumulation.
     « En tant que bailleur social, nous mettons l’accent sur la qualité afin de combattre les idées reçues qui ont la vie dure. Le logement social a évolué en qualité et nous nous efforçons d’effacer sa mauvaise image. Il reste trop souvent connoté comme étant réservé aux personnes précaires et/ou en difficulté sociale, alors que 80 % de la population y est éligible. La qualité passe par le respect des réglementations thermiques (RT2012 puis RE2020), ainsi que par le choix des produits. Tous nos programmes de 20 logements et plus sont certifiés Cerqual NF Habitat HQE. Sur ces lotisse - ments, nous avons fait le choix d’un carrelage plutôt qu’un revêtement de sol souple, des menuiseries PVC haut de gamme (à double vitrage 4/20/4 plutôt que du 4/16/4). Pour nos prochains programmes collectifs RE2020, nous conserverons l’énergie gaz. En revanche, en habitat individuel, notre fournisseur historique devant cesser très prochainement de commercialiser les modèles de PAC hybrides utilisés dans ces deux lotissements, nous serons certainement contraints d’installer des PAC air-air ou air-eau, pour des raisons technicoéconomiques. Mais qui sait si, dans quatre ou cinq ans, au gré des futures réglementations, nous ne pourrions pas revenir à l’énergie gaz !
Frédéric Solaini
     De tels logements équipés de PAC hybride nous intéressent fortement, dans la mesure où ils démontrent qu’au sein de la nouvelle réglementation (RE2020), des programmes respectent les exigences carbone tout en utilisant l’énergie gaz de manière intelligente et vertueuse, grâce à ces systèmes hybrides. Par ailleurs, en hiver, certaines régions (PACA, Bretagne) sont sujettes à des black-out consécutifs aux pointes de consommation électrique. Avec ces systèmes, lorsqu’il fait très froid, le gaz prend le relais à 100 % afin d’écrêter ces pointes. Ce qui permet de soulager le réseau de distribution électrique. Pour les permis de construire en logements collectifs déposés jusqu’à fin 2024, il sera possible d’installer de la condensation gaz. À partir de 2025, il faudra passer à des systèmes hybrides montant en performance sur l’aspect carbone, en logement individuel et collectif. Nous avons un devoir d’information vis-à-vis de nos clients et de la filière : aux différents seuils de la RE2020, le gaz a encore sa place de manière intelligente, performante et économique.
direction clients territoires Sud-Ouest, GRDF
MA NOTE