Produit

Poêle à bois

Mis à jour le
Associé à une chaudière à condensation gaz , le poêle à bûches est une solution de chauffage et d'ECS pour les maisons RT 2012.
BÂTIMENTS RÉSIDENTIEL
  • Maison neuve
USAGES
  • Chauffage

Fonctionnement du poele à bois

Fonctionnement d’un poêle à bois (bûches)

Le poêle à bois (bûches) est un générateur / émetteur de chaleur. En effet, il permet d’assurer une partie ou la totalité des besoins en chauffage par combustion de bûches et de diffuser la chaleur produite dans la pièce où il est installé par rayonnement et convection.
Le poêle intervient généralement en appoint d’une chaudière à condensation pour la production de chauffage. La chaudière couvre alors l’intégralité du besoin en ECS.
Le fonctionnement du poêle à bois bûches est simple et intuitif. En effet, la combustion se fait grâce à des bûches, placées manuellement et au fur et à mesure (selon le besoin de l’utilisateur) dans le foyer. La charge en bois (taille et quantité des bûches), l’essence et le temps de séchage vont déterminer la puissance calorifique dégagée par le poêle et transmise à son environnement direct. Cela permet ainsi à l’utilisateur de « moduler » la chaleur selon son besoin.
1.    D’abord, l’utilisateur doit allumer le feu.


2.    Une fois l’allumage en place, le dégagement de chaleur créé par la combustion favorise le tirage dans le conduit de fumée. 


3.    L’air comburant, provenant de l’extérieur ou de la pièce accueillant le poêle, est introduit à l’intérieur du foyer grâce au tirage thermique créé précédemment, permettant une combustion optimisée. Généralement, la section de passage de l’entrée d’air primaire est modulable, ce qui permet d’avoir une emprise sur l’allure de la combustion, et donc de maîtriser la production de chaleur.


4.    Les fumées engendrées par la combustion du bois sont rejetées par le conduit d’évacuation prévu à cet effet.
Le poêle à bois bûches fonctionne donc sans électricité. (sauf certains modèles intégrant une régulation)
 

Le poêle à bois bûches dans la RT 2012

  • Le poêle à bois bûches permet de répondre à l’exigence de recours à une énergie renouvelable à hauteur de 5 kWhep/m²SRT.an en maison individuelle.
  • Selon l’article 24 de l’arrêté du 26 Octobre 2010 et la fiche d’application associée (lien), le poêle à bois bûches ne peut être considéré comme énergie principale de chauffage car il ne possède pas de système de régulation automatique. Dans cette configuration, il n’est pas possible de bénéficier de la modulation sur le Cep. 

Labellisation « flamme verte »

Pour répondre aux objectifs de résultats de la RT 2012, un produit disposant d’une labellisation 5 étoiles est recommandé. Depuis 2015, cette certification est uniquement accessible aux appareils de classe supérieure ou égale à 5 étoiles. La grande majorité des poêles bois à bûches atteint ce niveau, qui requiert entre autres un rendement de 70 % minimum ainsi que des émissions de CO et de poussières particulièrement basses. 

Les exigences de la labellisation sont vouées à évoluer ; en 2018, le label ne sera accessible qu’aux poêles de classe 6 et 7.
 

Schéma illustratif du fonctionnement d’un poêle bois à bûches
Schéma illustratif du fonctionnement d’un poêle bois à bûches

Dimensionnement du poêle à bois bûches

D’une puissance de 4 à 6 kW, le poêle à bois bûches permet de démontrer que la contribution des énergies renouvelables au Cep du bâtiment est supérieure à 5 kWhep/m²SRT.an. 

La qualité du bois utilisé permet de limiter l’encrassement, la vitesse d’usure, et d’améliorer le fonctionnement.

Les caractéristiques (taille, essence, temps de séchage) et la quantité de bûches placées dans le foyer permettent de moduler le confort (puissance de chauffe) et la fréquence des recharges en bois : 

  • Les petites bûches permettent la réduction de la puissance dégagée, et une montée rapide en puissance. Les charges de bois doivent être plus fréquentes.
  • Avec les grandes bûches, le nombre de charges est réduit, mais la montée en puissance est plus longue.  
  • Un taux d’humidité résiduel de bois supérieur à 20 % provoque des dégradations sur l’installation, affecte l’efficacité du fonctionnement et augmente le risque d’incendie.
     

Mise en oeuvre d'un poêle à bois

Installation

Dans le cadre du couplage avec une chaudière à condensation gaz naturel, la mise en œuvre de la chaudière et celle du poêle à bois bûches sont totalement indépendantes
Une attention particulière doit être portée sur l’arrivée d’air comburant afin d’assurer une combustion dans des conditions optimales. Cette arrivée peut être réalisée via une prise d’air extérieure étanche ou via la mise en place d’une arrivée d’air obturable (afin de ne pas dégrader les performances énergétiques du logement). En 2016, aucune norme d’étanchéité n’existait concernant les poêles à bois bûches.
 

Installateur

Il est recommandé de confier l’installation du poêle à une entreprise disposant de la qualification « Qualibois Air ». Elle comprend la mise en place de poêles à bois, et est destinée aux installateurs de systèmes de chauffage au bois d’une puissance inférieure ou égale à 70 kW dans l’habitat individuel.

EVAPDC

Les conduits d’EVAPDC de la chaudière gaz à condensation et du poêle à bûches doivent être totalement distincts. La chaudière est généralement raccordée à une ventouse (horizontale avec sortie en façade ou verticale avec sortie en toiture) tandis que le conduit du poêle débouche en toiture. Les contraintes spécifiques associées aux poêles bûches sont détaillées dans le DTU 24.1. 
Pour le poêle, le système avec ventouse et amenée d’air extérieur directe est recommandé.

Les deux schémas suivants illustrent les deux configurations d’EVAPDC possibles pour les poêles à bois bûches : 
 

Prise d’air en façade et sortie de toit respectant l’arrêté du 22 octobre 1969
Prise d’air en façade et sortie de toit respectant l’arrêté du 22 octobre 1969
Système ventouse avec sortie en toiture (selon avis technique du CSTB)
Système ventouse avec sortie en toiture (selon avis technique du CSTB)

Des contraintes existent par ailleurs concernant le raccordement du poêle au conduit de cheminée (cf. DTU 24.1) : 

  • Utilisation d’un conduit résistant aux hautes températures (T450 et classés G)
  • Contraintes sur le tracé du conduit (longueur, type et nombre de coudes…)
  • Des distances de sécurité aux parois doivent être respectées

Maintenance du poêle à bois

Le poêle à bois bûches est très simple à entretenir. Un entretien régulier lui permettra de conserver des performances optimales et de garder un aspect visuel agréable. Les principales actions de maintenance à réaliser sont les suivantes : 

  • Un ramonage bi-annuel (un pendant la période de chauffe et l’autre hors période de chauffe cf Article 31.6 du Règlement Sanitaire Départemental Type), effectué par un professionnel
  • Un nettoyage régulier vitre
  • La vidange régulière du  « cendrier »
     

Indication tarifaire du poele a bois

Prix catalogue hors installation : 1500 à 2000 € HT pour le poêle à bois bûches (hors conduit)

Fabricants de poele à bois

Les principaux fabricants de poêles à bois bûches sont les suivants : 

  • Supra
  • INVICTA
  • Deville
  • ILD, JOTUL Group
  • Rika
  • De Dietrich
  • Haas & Sohn
  • MCZ

Dans le cadre du couplage avec une chaudière gaz à condensation, celle-ci peut être choisie indépendamment du poêle, en fonction des particularités du logement.
 

Solution utilisant ce produit

Chaudière à condensation et poêle à bois

Chaudière à condensation & Poêle à bois (bûches)

La solution composée d’un poêle bois et d’une chaudière à condensation est parfaitement adaptée pour répondre aux besoins de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire des maisons individuelles neuves, à toute... Voir la solution
Votre avis sur cet article
Notez cet article :
Note moyenne :0 note
0/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article