Dossier Technique

Le besoin d’eau chaude sanitaire dans les établissements hôteliers

Mis à jour le

Depuis la parution du guide Ademe sur le réel besoin d’eau chaude sanitaire en logement en juillet 2016 [1], des valeurs opposables existent pour le résidentiel collectif. Mais qu’en est-il en tertiaire ? Pour tenter de répondre à cette question, GRDF a missionné le Costic pour clarifier le réel besoin d’ECS sur tous les segments qui composent le tertiaire. Cet article vise à faire le point pour les établissements hôteliers.

Ce que dit la littérature

 

L’analyse des valeurs trouvées dans le secteur de l’hôtellerie peuvent faire varier la consommation journalière d’un hôtel de 50 chambres de 3750 à 18 000 litres par jour…

Cette variabilité constatée dans la littérature s’explique par :

  • Le standing de l’hôtel, son nombre d’étoiles
  • Le comportement plus ou moins économe des clients où on notera parfois une logique de « je paye donc j’utilise sans modération »
  • Sa situation géographique, un hôtel à la montagne consommera beaucoup plus d’’ECS en période de sport d’hiver qu’un hôtel en bord de mer pour une clientèle estivale.
  • La destination de l’établissement. Certains établissements se sont en effet orientés vers l’accueil de voyages organisés et certaines clientèles (asiatiques ou américaines sont réputées non économes en eau chaude sanitaire). D’autres établissement s’adresse plus à une clientèle âgée qui elle est plus économe.

Ci-dessous les écarts constatés dans la littérature en fonction du nombre d’étoiles de l’établissement.

  • 1 étoile avec des douches : 115 à 135 litres par chambre et par jour.
  • 2 étoiles avec des douches ou des baignoires : 165 à 235 litres par jour et par chambre.
  • 3 étoiles avec baignoires : 215 à 250 litres par jour et par chambre.
  • 4 étoiles avec baignoires : 250 à 335 litres par jour et par chambre.
  • Sport d’hiver : 280 à 360 litres par jour et par chambre.

 

Ci-dessous le détail des valeurs rencontrées.

Les données sont parfois exprimées en litre/chambre ou en litres/nuitée (une chambre occupée par deux personnes pendant une nuit = 2 nuitées)

 

Besoins ECS journaliers dans les hôtels sans ou à une étoile.

 

Besoins ECS journaliers dans les hôtels deux étoiles

 

 

Besoins ECS journaliers dans les hôtels trois étoiles et plus

 

 

Besoins d’ECS journaliers en hôtellerie

 

 

Catégorie

Source

Usage

Besoin ECS à 60°C

Hôtel en général (sans indication du nombre d’étoiles)

Delbecque 1977 [20]

Baignoires

160 litres par chambre et par jour

EDF, 1982 [19]

 

70 à 140 litres par chambre et par jour

EDF, revue générale de la thermique 1982 [21]

 

70 à 140 litres par chambre et par nuit pour un hôtel avec baignoires

Recknagel 1996 [22]

Chambre avec bain

100 à 150 litres par personne et par jour

Chambre avec douche

50 à 100 litres par personne et par jour

Chambre avec lavabo

10 à 15 litres par personne et par jour

Vacances

EDF, les applications électriques dans le résidentiel et le tertiaire 1985 [5]

Hôtel de 189 chambres à Hyères (83)

38,5 litres par personne et par jour

A la semaine avec bain

100 litres par chambre et par jour

Sport d’hiver

EDF, les applications électriques dans le résidentiel et le tertiaire 1985 [5]

Pour un trois étoiles

170 litres par chambre et par jour

AICVF EDF 2004 [4]

 

200 litres par chambre et par jour

Calculs pratiques de la plomberie sanitaire 1994 [7]

Pour le dimensionnement

2 étoiles neige avec baignoires

160 litres par chambre et par jour

Mode de calcul des installations d’eau chaude sanitaire 2011 [8]

Sans restauration et sans lingerie

216 litres par chambre et par jour

Catégorie

Source

Usage

Besoin ECS à 60°C

3 étoiles

EDF, 1982 [19]

 

120 litres par chambre et par jour

EDF, les applications électriques dans le résidentiel et le tertiaire 1985 [5]

Hôtel de 8 chambres à La Motte Beuvron, Loir et Cher

103 litres par chambre et par jour

20 litres par repas

4,5 litres par kg de linge sec

 

Tous les établissements

130 à 140 litres par chambre et par jour

EDF Cegibat 1986 [9]

EDF 1990 [15]

 

130 à 180 litres par chambre et par jour

AICVF 2000 [10]

Méthode ThC RT2000 [11]

Méthode ThCEex RTex 2008 [12]

Moyenne sur 12 mois pour le calcul des consommations

100 litres par chambre et par jour sans lingerie

114 litres par chambre et par jour avec lingerie

15 litres par chambre et par jour pour la lingerie seule.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 – RT2012 [13]

56 litres par chambre et par jour pour la partie nuit.

0,02 litres.m² pour la partie jour.

Mode de calcul des installations d’eau chaude sanitaire 2011 [8]

 

144 litres par chambre et par jour

Cegibat 2017 [3]

 

120 litres par chambre et par jour

25 litres par repas

7 litres par petit-déjeuner

3 – 4 étoiles

AICVF EDF 2004 [4]

Bains

150 litres par chambre et par jour

SOCOL-2014 [2]

Pour le dimensionnement solaire uniquement

60 litres par chambre et par jour

4 étoiles

AICVF 2000 [10]

Méthode ThC RT2000 [11]

Méthode ThCEex RTex 2008 [12]

Moyenne sur 12 mois pour le calcul des consommations

120 litres par chambre et par jour sans lingerie

135 litres par chambre et par jour avec lingerie

15 litres par chambre et par jour pour la lingerie seule.

Mode de calcul des installations d’eau chaude sanitaire 2011 [8]

Hôtel avec baignoire sans restauration et sans lingerie

180 litres par chambre et par jour

EDF Cegibat 1986 [9]

 

180 à 200 litres par chambre et par jour

Cegibat 2017 [3]

Pour le dimensionnement

150 litres par chambre et par jour

20 litres par repas

4 litres par petit-déjeuner

4 étoiles luxe

EDF Cegibat 1986 [9]

 

200 à 250 litres par jour et par chambre

4 – 5 étoiles

Calculs pratiques de la plomberie sanitaire 1994 [7]

Pour le dimensionnement

160 litres par chambre et par jour

Méthode de calcul Th-BCE 2012 – RT2012 [13]

Moyenne sur 12 mois pour le calcul des consommations

77 litres par chambre et par jour pour la partie nuit.

0,02 litres.m² pour la partie jour.

5 étoiles

Cegibat 2017 [3]

 

180 litres par chambre et par jour

20 litres par repas

4 litres par petit-déjeuner

5 étoiles et plus

SOCOL-2014 [2]

Pour le dimensionnement solaire uniquement

80 litres par chambre et par jour

Catégorie

Source

Usage

Besoin ECS à 60°C

2 étoiles

EDF, les applications électriques dans le résidentiel et le tertiaire 1985 [5]

Hôtel de 92 chambres à Chamonix (74) période été.

117 litres par chambre et par jour

58 litres par nuitée et par jour

12,6 litres par repas

3,9 litres par kg de linge sec

Hôtel de 92 chambres à Chamonix (74) période hiver.

151 litres par chambre et par jour

71 litres par nuitée et par jour

14,1 litres par repas

3,9 litres par kg de linge sec

EDF 1987 [15]

Hôtel sur 4 saisons, non situé à la montagne et sans laverie. Moyenne sur 12 mois

78 litres par chambre et par jour

AICVF 2000 [10]

Méthode ThC RT2000 [11]

Méthode ThCEex RTex 2008 [12]

Moyenne sur 12 mois pour le calcul des consommations

78 litres par chambre et par jour sans lingerie

93 litres par chambre et par jour avec lingerie

15 litres par chambre et par jour pour la lingerie seule.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 – RT2012 [13]

50 litres par chambre et par jour pour la partie nuit.

0,02 litres.m² pour la partie jour.

EDF Cegibat 1986 [9]

EDF 1987 [15]

 

100 à 120 litres par chambre et par nuit

Cahier technique du bâtiment 1999 [16]

 

110 à 132 litres par chambre et par nuit

EDF Qualité 1996 [17]

Hôtel en plaine, sans laverie pour une clientèle d’affaire

50 litres par client et par jour

Mode de calcul des installations d’eau chaude sanitaire 2011 [8]

Hôtel avec baignoire, sans restauration ni lingerie

108 litres par chambre et par jour

Memento Cated 1993 [6]

Hôtel avec baignoires

99 à 140 litres par chambre et par jour

Logiciel Edicell 1997 [18]

Chambre double avec baignoire

201 litres par chambre

Chambre simple avec baignoire

134 litres par chambre

Cegibat 2017 [3]

 

100 litres par chambre et par jour

12 litres par repas

4 litres par petit-déjeuner

2 – 3 étoiles

Calculs pratiques de la plomberie sanitaire 1994 [7]

Baignoire

100 à 140 litres par jour et par chambre en moyenne

AICVF EDF 2004 [4]

Douches / Bains

100 litres par chambre et par jour

Catégorie

Source

Usage

Besoin ECS à 60°C

Eco

SOCOL-2014 [2]

Pour le dimensionnement solaire uniquement

30 litres par chambre et par jour

Pas d’étoile

Cegibat 2017 [3]

 

60 litres par chambre et par jour

+ 8 litres/repas

+ 4 litres/petit-déjeuner

0 – 1 étoile

AICVF EDF 2004 [4]

Douche

75 litres par chambre et par jour

1 étoile

Cegibat 2017 [3]

 

70 litres par chambre et par jour

+ 8 litres/repas

+ 4 litres/petit-déjeuner

EDF, les applications électriques dans le résidentiel et le tertiaire 1985 [5]

Suivi d’un hôtel de 24 chambres à Vic en Bigorre, Hautes Pyrénées

64 litres par chambre et par jour

+ 19 litres/repas

 

Suivi d’un hôtel de 30 chambres à Castelnau Mag, Hautes Pyrénées

57 litres par chambre et par jour

+ 12 litres/repas

 

Douche (50%) et bain (50%)

75 litres par chambre et par jour

Memento Cated 1993 [6]

Calculs pratiques de la plomberie sanitaire 1994 [7]

Douche collective (1 pour 4 chambres)

70 litres par chambre et par jour

Mode de calcul des installations d’eau chaude sanitaire 2011 [8]

Douche, sans restauration et sans lingerie

81 litres par chambre et par jour

EDF Cegibat 1986 [9]

 

80 à 120  litres par chambre et par jour

AICVF 2000 [10]

Méthode ThC RT2000 [11]

Méthode ThCEex RTex 2008 [12]

Moyenne sur 12 mois pour le calcul des consommations

57 litres par chambre et par jour sans lingerie

72 litres par chambre et par jour avec lingerie

15 litres par chambre et par jour lingerie seule

Méthode de calcul Th-BCE 2012 – RT2012 [13]

36 litres par chambre et par jour pour la partie nuit.

0,02 litres.m² pour la partie jour.

1-2 étoiles

Cegibat 1984 [14]

 

100 litres par chambre et par jour

SOCOL-2014 [2]

Pour le dimensionnement solaire uniquement

45 litres par chambre et par jour

Ce qui complexifie l’appréhension des valeurs de besoins en hôtel exprimées presque toujours en l par chambre, c’est la variabilité des taux d’occupation des chambres (nombre de personne par chambre et nombre de chambres occupées) et la prise en compte ou non de la lingerie et de la restauration.

Pour pouvoir comparer les valeurs de besoins journaliers recensées, des hypothèses ont été faites sur les taux d’occupation des chambres considéré. Il a été supposé lorsque ces valeurs sont destinées au dimensionnement qu’elles correspondent à des valeurs maximales pour une chambre occupée par 2 personnes. Il a été supposé dans le cas de valeurs moyennes sur 12 mois indiquées pour le calcul de consommation annuelle, qu’elles correspondent à un taux moyen annuel d’occupation des chambres.

N.B : L’INSEE diffuse sur son site Internet les résultats des enquêtes de fréquentation dans l’hôtellerie en France métropolitaine. Ces résultats donnent mois par mois, le nombre de chambres offertes et occupées ainsi que le nombre de nuitées, selon la catégorie de l’hôtel, sa localisation (agglomération parisienne, littoral, montagne, autre urbain, autre rural) ou sa région. Ainsi en 2013, le taux moyen de chambres occupées était de 59% (nombre de chambres occupées/nombre de chambres offertes) et le nombre moyen de personnes par chambre occupées de 1,6 (nombre de nuitées/nombre de chambres occupées).

L’analyse de la bibliographie existante a donc mis en évidence une grande variabilité des données disponible pour le bureau d’études pour concevoir son installation.

 

Analyse des consommations réelles : sites avec relevés ou avec télésuivi


Pour affiner ce premier travail, le Costic a pu recueillir des relevés de consommation pour 93 établissements hôteliers.

Il disposait également des données de 14 sites télésuivis :

  • Un hôtel télésuivi réalisé par le Costic.
  • 13 établissements télésuivis par TECSOL.

L’analyse de ces données donne plus de renseignements sur les profils horaire, journalier, hebdomadaire et mensuel des établissements de santé.

 

Profils horaires moyens


De manière générale, les profils moyens obtenus pour les différents hôtels suivis sont assez similaires. Des profils types sont facilement identifiables.

L’influence du nombre d’étoile sur les profils apparait peu marquée.

Les profils horaires moyens

Dans les hôtels-restaurants, les profils horaires obtenus montrent une prédominance des besoins d’ECS liés aux douches ou aux bains par rapport aux besoins en restauration. D’ailleurs, entre les hôtels avec et sans restaurant, la différence de profil est peu marquée. Il y a toujours une consommation le midi.

Sur la plupart des profils moyens en hôtel avec ou sans restaurant, la pointe qui domine est celle du matin. Cette pointe du matin est plus marquée qu’en habitat collectif.

Cela correspond également aux observations faites par ACCOR, un pic le matin avec un creux entre 14-15h, heures pendant lesquelles le restaurant ne fonctionne plus.

Le lundi, la pointe est souvent moins marquée le matin et les besoins plus étalés au cours de la journée. Ceci est très probablement lié à une occupation moindre dans la nuit du dimanche au lundi.

Le dimanche et dans une moindre mesure le samedi, la pointe du matin se produit environ 1h plus tard.

 

Profils hebdomadaires moyens


L’évolution des besoins hebdomadaires est liée aux taux de fréquentation de l’hôtel. Dans les hôtels suivis, les besoins sont plus faibles les lundis et dans une moindre mesure les week-ends et les vendredis. Seul un hôtel situé en Gironde a des besoins plus élevés le WE que la semaine.

Exemple de profil hebdomadaire moyen des besoins à 40°C pour deux hôtels restaurants 3 étoiles situé dans le Cher et en Gironde
Exemple de profil hebdomadaire moyen des besoins à 40°C pour deux hôtels restaurants 3 étoiles situé dans le Cher et en Gironde
Les profils hebdomadaires moyens des besoins à 40°C pour les différents hôtels
Les profils hebdomadaires moyens des besoins à 40°C pour les différents hôtels

Profils mensuels

L’évolution des besoins mensuels à 40°C est liée aux taux de fréquentation de l’hôtel. L’influence de la zone géographique est notable. Par exemple, dans un hôtel dans l’Essonne et un autre dans le Cher les besoins varient peu au cours des mois alors que dans l’Aude, les besoins en été sont beaucoup plus élevés comme le montre le graphique ci-dessous.

L’évolution des besoins mensuels à 40°C est liée aux taux de fréquentation de l’hôtel.
L’évolution des besoins mensuels à 40°C est liée aux taux de fréquentation de l’hôtel.

Pointe 10 minutes

L’analyse des valeurs de débits de pointe en l/min à 40°C sur 10 minutes obtenues pour différents télésuivis en hôtel montre que ces valeurs sont jusqu’à 2 fois supérieures à celles observées en habitat collectif [1], en considérant qu’une chambre équivaut à un logement standard.

Elles sont inférieures ou presqu’égales aux valeurs indiquées dans l’ouvrage « Mode de calcul » de Baeckeroot [23] pour un hôtel 1 étoile ainsi qu’aux valeurs obtenues à partir de la recommandation AICVF [4] en considérant qu’une chambre d’hôtel équivaut à un logement standard.

Des variations importantes sont observées d’un hôtel à l’autre. Elles peuvent être jusqu’à 2 fois plus élevées entre 2 hôtels. Cela peut être lié à des débits différents des équipements, à des taux de remplissage des hôtels différents… L’échantillon trop limité ne permet pas d’affirmer ou non que plus le nombre d’étoiles de l’hôtel est important plus cette valeur est élevée, comme le supposait le guide « Mode de Calcul » de Baeckeroot [23].

L’heure de ces pointes dans ces hôtels restaurants laissent supposer qu’elles sont liées à des besoins d’ECS en cuisine (10h, 11h, 12h, 13h50, …) à moins que cela ne soit des chasses réalisées vis-à-vis de la prévention du risque légionelles (15h20 pour un des hôtels). Dans l’hôtel sans restaurant (l’hôtel sans étoile), les soutirages ont lieu à 19h et correspondent très probablement à des douches ou bains, ce débit de pointe étant plus faible que dans les autres hôtels avec restaurant.

Les pointes dix minutes en hôtel
Les pointes dix minutes en hôtel

Les volumes de pointe sur 10 minutes représentent de 10 à 35% des besoins moyens journaliers de l’hôtel, soit plus que ce qui était considéré dans les méthodes de dimensionnement existantes. Néanmoins, à la différence des méthodes de dimensionnement, les besoins moyens annuels de l’hôtel prennent en compte l’inoccupation des chambres une partie de l’année, c’est pourquoi les pourcentages obtenus à partir des résultats de suivis sont plus élevés.

Les pointes dix minutes en hôtel exprimées en pourcentage du besoin journalier
Les pointes dix minutes en hôtel exprimées en pourcentage du besoin journalier

Besoin moyen journalier

Environ 2800 relevés mensuels de 85 hôtels du groupe ACCOR avec les nuitées ont été analysés. Une correction de ces relevés a été appliquée pour tenir compte du fait qu’une partie d’entre eux correspond à des relevés de compteurs d’eau totalement adoucie.

L’analyse des données montre des besoins par personne en hôtel 2 à 5 fois plus élevés qu’en habitat. Les besoins sont tout particulièrement importants pour les hôtels 5 étoiles.

Les variations importantes des besoins observées laissent supposer qu’ils varient à la fois en fonction du comportement des clients et de l’équipement de l’hôtel (douche de tête en plus de la douchette, taille des baignoires, présence de spas, un ou plusieurs restaurants, …).

Il n’y a pas de différence notable sur les besoins moyens entre les hôtels 1, 2 et 3 étoiles, sachant toutefois que l’échantillon comporte seulement 1 hôtel 1 étoile et 1 hôtel 2 étoiles.

Les valeurs moyennes obtenues pour les hôtels 3 ou 4 étoiles, qui constituent la principale part de l’échantillon, sont proches des ratios considérés par ACCOR pour le dimensionnement.

Les besoins d’ECS mensuels par nuitées à 40°C relevés dans 85 hôtels du groupe ACCOR. Les valeurs indiquées correspondent aux valeurs de besoins moyens ± l’écart type
Les besoins d’ECS mensuels par nuitées à 40°C relevés dans 85 hôtels du groupe ACCOR. Les valeurs indiquées correspondent aux valeurs de besoins moyens ± l’écart type

Les besoins d’ECS mensuels par nuitées à 40°C relevés dans 85 hôtels du groupe ACCOR. Les valeurs indiquées correspondent aux valeurs de besoins moyens ± l’écart type.

Conclusion


Cette étude a permis d’améliorer la connaissance des besoins ECS sur le secteur de l’hôtellerie mais pas de pouvoir en définir un ratio type.

La multiplicité des points obtenus par exemple avec les relevés fournis par le groupe ACCOR montre bien que beaucoup de facteurs sont à prendre en compte en plus du nombre d’étoile. Situation géographique, équipement des salles de bains, clientèle d’affaire, de tourisme ou de voyage organisé, …

Comme nous l’avions conclu avec le segment de la santé, seul un questionnement fin du MOA pourra donc bien orienter le bureau d’études dans la conception de son installation.

 

Bibliographie

[1] Guide technique : les besoins d’eau chaude sanitaire en habitat individuel et collectif – Ademe – Juillet 2016

[2] ENERPLAN - Ratios des besoins en eau chaude sanitaire pour le dimensionnement des installations en solaire thermique collectif – SOCOL – juin 2014

[3] Conception de chaufferies collectives gaz à condensation - Cegibat - Juin 2017

[4] AICVF - Recommandation Eau Chaude Sanitaire - 2004

[5] EdF - Les besoins en eau chaude sanitaire dans l’hôtellerie – Les Applications Electriques dans le Résidentiel et le Tertiaire – 4ème trimestre – 1985

[6] Cated - Plomberie sanitaire : réglementation, règles de l'art, calculs - Memento Cated - n°96 – Mars 1993

[7] Giraud, Dubreuil - Calculs pratiques de plomberie sanitaire - Editions Parisiennes - Février 1994

[8] Georges Baeckeroot – Les installations d’ECS – Mode de calcul – Editions parisiennes – 2ème édition - 2011

[9] Production d'eau chaude sanitaire par l'électricité dans le secteur de l'hôtellerie-restauration - Cegibat relations - Avril 1986

[10] AICVF – Calcul prévisionnel des consommations d’énergie : bâtiments non résidentiels - Collection des guides de l'AICVF – CD Rom – 2000

[11] Méthode de calcul ThC – Annexe n°1 à l’arrêté portant approbation des méthodes de calcul Th-C et Th-E – Réglementation thermique 2000

[12] Méthode de calcul ThC-E ex – Annexe A l’arrêté portant approbation de la méthode de calcul TH-C-E ex - 2008

[13] CSTB - Méthode de calcul Th-BCE 2012 – Annexe de l’arrêté du 20 juillet 2011 portant approbation de la méthode de calcul Th-B-C-E prévue aux articles 4, 5 et 6 de l’arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments

[14] NF DTU 60.11 P1-1 - Travaux de bâtiment - Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et d'eaux pluviales - Partie 1-1 : Réseaux d’alimentation d’eau froide et chaude sanitaire - 10 Août 2013

[15] EDF - Annexe : détermination des besoins ECS - L’eau chaude électrique -résidentiel et tertiaire – Mars 1987

[16] Sur quels critères choisir un chauffe-eau électrique à accumulation - Les cahiers techniques du bâtiment - n°198 - Mai 1999 - pp91

[17] EDF - Comment valoriser l’eau chaude sanitaire dans les locaux du tertiaire - Qualita - 1996

[18] Viessmann - Logiciel Edicell - version 1 - - Juillet 1997

[19] EdF - Installation de production d'eau chaude sanitaire - l'électricité dans les locaux tertiaires neufs - cahier des charges type - EdF - Juillet 1982

[20] CSTB - NF 077 - Marque NF - Robinetterie sanitaire - Document technique 4 : Robinets mitigeurs thermostatiques - 03/10/2013

[21] L’eau chaude sanitaire par l’électricité en relève de fuel, dans le secteur tertiaire – Revue générale de thermique – Octobre 1982

[22] H. Recknagel - Le Recknagel - Manuel pratique du génie climatique – 2ème tome : chauffage et production d’ECS - PYC Edition 3ème édition – 1996

[23] Georges Baeckeroot – Les installations d’ECS – Mode de calcul – Editions parisiennes – 2003

Votre avis sur ce dossier
Notez ce dossier :
Note moyenne :0 note
0/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur ce dossier