Créer votre compte pour consulter la revue Vecteur Gaz...
...et profiter de tous les avantages du compte Cegibat :
accéder aux fiches pratiques
gérez vos inscriptions aux Débats Cegibat
savegarder vos simulations
Actualité

L’autoconsommation collective : accompagner la transition énergétique des territoires

Mis à jour le
3.5/5 (4 avis)
3.5/5

L’autoconsommation collective (ACC) d’électricité produite localement bénéficie désormais d’un cadre réglementaire précis. Une trentaine de projets sont en cours de développement. Le point avec Enogrid et Tescol, qui accompagnent chacun la mise en place d’une opération d’ACC reposant sur la cogénération gaz.

Quels sont les grands principes de l’autoconsommation collective (ACC) ?

Rémi Bastien : L’ACC lie au niveau local un ou plusieurs producteurs d’électricité à un ou plusieurs consommateurs qui peuvent être des particuliers, des entreprises, des collectivités, etc. Production et consommation sont situées dans le même bâtiment ou dans un périmètre étendu. Dans ce deuxième cas, les participants sont raccordés au réseau basse tension et sont distants de 2 km maximums. Par ailleurs, la puissance cumulée des installations de production doit être inférieure à 3 MWe(1).

Pourquoi se lancer aujourd’hui ?

R. B. : Le premier bénéfice est environnemental, en participant à la transition énergétique et au développement des énergies renouvelables avec l’utilisation de solaire photovoltaïque ou de la cogénération gaz. Les consommations se font au plus près du site de production, limitant ainsi les pertes énergétiques liées au transport d’électricité. Le second est citoyen par la réappropriation d’une dynamique locale avec un circuit court entre production et consommation d’énergie. L’ACC est inclusive et peut profiter à tous et notamment aux plus démunis. Les opérations sont modulables et évolutives permettant d’adapter leur organisation au fil du temps

Quelles sont les technologies gaz compatibles ?

R. B. : La cogénération sous ses différentes formes (moteur, turbine, pile) est adaptée, tant qu’elle reste dans le cadre technique défini, notamment en termes de puissance. Plusieurs opérations d’ACC incluant des cogénérations gaz sont en cours d’étude. Par exemple, Enogrid travaille sur le projet OPH de l’Agglomération de La Rochelle à partir d’une cogénération moteur gaz. La centrale de 20 kWe va passer d’une autoconsommation individuelle (ACI) générant beaucoup de surplus d’électricité à une ACC permettant d’optimiser le taux d’autoconsommation.

Quel est le rôle de la Personne Morale Organisatrice (PMO) ?

R. B. : La PMO joue un rôle clé dans une opération d’ACC. Tous les participants sont liés au sein de cette entité juridique. Elle est l’interlocutrice d’Enedis, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité. Son premier rôle est de signer avec le distributeur d’électricité la convention d’ACC qui définit, notamment, les règles de répartition de la production. Une fois le projet démarré, la PMO réceptionne les données des flux énergétiques, calcule la clé de répartition et la communique à Enedis qui en informe l’ensemble des fournisseurs d’électricité. La PMO transmet également à Enedis tout changement au sein de l’opération

Pourquoi un accompagnement des porteurs de projet est-il nécessaire ?

R. B. : Les projets peuvent être complexes. Nous accompagnons les porteurs de projets dans leur mise en oeuvre, grâce à des services et outils spécifiques, notamment sur le choix des coefficients de répartition. L’accompagnement peut se poursuivre en phase d’exploitation à l’aide d’une solution logicielle qui permet le suivi et la gestion des opérations. L’objectif est d’assurer la réussite des opérations.

     L’autoconsommation collective nécessite un accompagnement, en particulier lors du montage de l’opération.
Rémi Bastien
cofondateur et CEO d’Enogrid
MA NOTE