Créer votre compte pour consulter la revue Vecteur Gaz...
...et profiter de tous les avantages du compte Cegibat :
accéder aux fiches pratiques
gérez vos inscriptions aux Débats Cegibat
savegarder vos simulations
Réponse d'expert

N°22 : Est-il possible de faire cheminer une canalisation gaz (aval compteur) dans un élément de construction (plancher ou dallage) en habitation ?

Mis à jour le
4.8/5 (15 avis)
4.8/5

Oui. Dans les bâtiments d’habitation, une canalisation de gaz (appelée également installation intérieure) peut être incorporée dans un élément de construction (ex : Dallage, forme ou ravoirage dans un plancher, …) en respectant certaines conditions. 

1.Contexte réglementaire 

 

L’incorporation d’une canalisation gaz dans un élément de construction tel que le dallage d’un bâtiment d’habitation individuelle ou collective doit être réalisée en respectant les exigences réglementaires stipulées dans : 

  • Le chapitre « Canalisation incorporée dans un élément de gros œuvre » du Guide Général « Installations de Gaz » CNPG valant présomption de conformité à l’article 10 de l’arrêté du 23 février 2018 modifié ; 
  • Le chapitre 5.3.4.1 de la norme NF DTU 61.1 P2 « Incorporation d’une canalisation gaz dans un plancher situé en étage ou sur un vide sanitaire (forme ou ravoirage) » ; 
  • Le chapitre 5.2 de la norme NF P11-213-2 (DTU 13.3 DALLAGES) « Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en habitations collectives » ; 
  • Le chapitre 13 de la norme NF P11-213-3 (DTU 13.3 DALLAGES) « Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en maison individuelle » ; 
  • Le chapitre 5.3.4.1. de la norme NF DTU 61.1 P2 « Incorporation d’une canalisation gaz au-dessus d’un dallage (forme ou ravoirage) ». 

Pour information : 

  • Un dallage est positionné au niveau des fondations d’un bâtiment d’habitation individuelle ou collective. Il repose sur un support constitué soit directement par le sol lui-même ayant subi un traitement, soit par une forme (matériaux servant d’assise, par exemple un hérisson) reposant elle-même sur le sol. 

Dessin d’un dallage sur terre-plein
Dessin d’un dallage sur terre-plein
  • Lorsque cette structure est réalisée sur un vide-sanitaire, il ne s’agit plus d’un dallage à proprement parler mais d’un plancher sur vide-sanitaire qui n’est pas un élément de fondation, et donc à traiter comme un plancher.   

Le ravoirage, la forme, la chape flottante ou la dalle flottante peuvent être des éléments constitutifs d’un plancher au même titre que les entrevous, les hourdis, les dalles de compression, les dalles bétons, les dalles préfabriquées, etc.… 

Dessin d’un plancher sur vide sanitaire
Dessin d’un plancher sur vide sanitaire

2.Conditions de mise en œuvre 

 

LE TYPE D’INCORPORATION 

 

La constitution du plancher ou du dallage détermine les règles applicables. 

Il existe 3 types d’incorporation : 

  • Encastrement : La canalisation est mise en place dans un emplacement réservé au moment du gros œuvre, le remplissage est effectué par la suite. 

  • Engravure : La canalisation est mise en place dans une saignée pratiquée dans les parois existantes, le remplissage étant effectué par la suite. 

  • Enrobage : La canalisation est noyée dans la paroi lors de la mise en œuvre de celle-ci, la mise en place du matériau ayant lieu après la pose de la canalisation.  

LES EXEMPLES D’INCORPORATION 

 

  • Incorporation d’une canalisation gaz dans un plancher situé en étage ou sur un vide sanitaire (forme ou ravoirage) en habitation collective ou habitation individuelle : Chapitre 5.3.4.1 de la norme NF DTU 61.1 P2. 
Incorporation d’une canalisation gaz
Incorporation d’une canalisation gaz dans un plancher situé en étage ou sur un vide sanitaire en habitation collective ou individuelle.
  • Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en habitation collective : Chapitre 5.2 de la norme NF P 11-213-2 (DTU 13.3 DALLAGES). 
Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en habitation collective
Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en habitation collective
  • Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en habitation individuelle : Chapitre 13 de la norme NF P 11-213-3 (DTU 13.3 DALLAGES)
Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en habitation individuelle
Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage en habitation individuelle
  • Incorporation d’une canalisation gaz au-dessus d’un dallage (forme ou ravoirage) : Chapitre 5.3.4.1 de la norme NF DTU 61.1 P2. 
Incorporation d’une canalisation gaz au-dessus d’un dallage (forme ou ravoirage)
Incorporation d’une canalisation gaz au-dessus d’un dallage (forme ou ravoirage)

Le chapitre 5.3.4.1.1 de la norme NF DTU 61.1 P2 mentionne que l’incorporation dans un plancher peut être enrobée ou encastrée. 

Dans les planchers, l'épaisseur minimale de recouvrement des canalisations est de 20 mm. Cette distance peut être ramenée à 10 mm en un point lors d'un croisement de deux canalisations. 

 

Pour aller plus loin (1) : 

 

En dalle préfabriquée, seul le passage de la canalisation gaz dans les hourdis (plancher sur poutrelle), qui est un vide de construction, est autorisé sous fourreau étanche continu débouchant librement au moins à l’une de ces extrémités dans un volume ventilé ou aéré. 

Concernant le passage d’une canalisation de gaz dans un isolant à base de mousse polyuréthane projetée (Type : ISOCHAPE, POLIURETAN SPRAY S-383 HFO - Application sols, …), ces procédés d’isolation thermique sont sous DTA (Document Technique d’Application) ou ATec (Avis Technique) publiés par le secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB (Centre Scientifique Technique Bâtiment). 

Actuellement la réglementation gaz ne traite pas les conditions de passage des canalisations de gaz dans ce type d’isolant. Ces derniers peuvent être éventuellement considérés comme des matériaux comportant des vides d’éléments creux dans lesquels il est possible de faire passer une canalisation de gaz (uniquement sous fourreaux étanche continu débouchant librement au moins à l’une de ses extrémités dans un volume ventilé ou aéré). En l’absence d’exigences réglementaires particulières, si vous envisagez de faire passer une canalisation de gaz dans un isolant à base de mousse polyuréthane projetée, il vous faut impérativement obtenir l’accord d’un bureau de contrôle. 

 

LES REGLES DE L’INCORPORATION 

 

Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage à l’intérieur d’une habitation collective : 

Le chapitre 5.2 de la norme NF P 11-213-2 précise les règles qui sont à respecter pour réaliser l’incorporation d’une canalisation de gaz dans le dallage d’une habitation collective. 

Une canalisation gaz peut être incorporée dans les dallages armés sous réserve de satisfaire aux dispositions constructives ci-après : 

  • Son diamètre ne doit pas excéder 1/5 de l’épaisseur du dallage dans la zone considérée ;  

  • Son enrobage en partie supérieure doit être au minimum de 2 fois son diamètre sans être inférieur à 5 cm. 

Dans tous les cas d’incorporation dans le dallage, il y a lieu de se prémunir vis à vis des déformations de ce dernier sous l’effet du retrait, de variations thermo-hygrométriques, et de charges roulantes ; une attention particulière étant apportée aux conséquences des déformations verticales différentielles au droit des joints. 

Incorporation d’une canalisation gaz dans un dallage à l’intérieur d’une habitation individuelle : 

Le chapitre 13 de la norme NF P 11-213-3 précise les règles qui sont à respecter pour réaliser l’incorporation d’une canalisation de gaz dans le dallage d’une habitation individuelle. 

Une canalisation gaz incorporée dans le dallage, doit respecter, sauf localement au droit des croisements les dispositions constructives ci-après : 

  • Son diamètre ne doit pas excéder 1/5 de l’épaisseur du dallage dans la zone considérée ; 

  • Son enrobage et la distance horizontale qui sépare la canalisation gaz et d’autres canalisations doit être au minimum de une fois leur diamètre sans être inférieurs à 5 cm. 

La canalisation permet les déformations du dallage sous l’effet du retrait et des variations thermo-hygrométriques, notamment celles verticales différentielles au droit des joints. Les traversées verticales du dallage sont autorisées avec fourreaux. 

 

Pour aller plus loin (2) : 

 

Dans le cas où ces éléments sont placés sous le dallage, la distance entre leur génératrice supérieure et la sous face du dallage doit être au moins égale à leur diamètre majoré de 5 cm. Nous attirons votre attention sur le fait que dans cette configuration, la canalisation n’est pas incorporée mais enterrée. 

Incorporation d’une canalisation gaz dans un plancher situé en étage d’une habitation collective ou d’une habitation individuelle : 

Le chapitre 5.3.4.1 de la norme NF DTU 61.1 P2 précise les règles qui sont à respecter pour réaliser l’incorporation des canalisations de gaz dans les planchers. Dans les planchers, l'épaisseur minimale de recouvrement des canalisations est de 20 mm. Cette distance peut être ramenée à 10 mm en un point (cas d'un croisement de deux canalisations). 

Sont interdits : 

  • les saignées dans les éléments porteurs, 

  • l'enrobage de canalisations dans l'épaisseur d'une chape flottante, 

  • l'enrobage d’une canalisation gaz dans une dalle ou une chape chauffante, 

  • l'enrobage des canalisations dans un mortier de pose des carrelages scellés ou des chapes à base de liants hydrauliques destinées à recevoir un carrelage collé ou un revêtement souple (textile ou plastique), 

  • le franchissement d'un joint de gros œuvre par les canalisations incorporées. 

Note : Le franchissement d'un joint de dilatation ou d'un joint de rupture des maçonneries nécessite un parcours apparent. 

Les canalisations de gaz incorporées dans un plancher devront être réalisées en évitant : 

  • les seuils de porte, 

  • le franchissement des joints de dilatation, 

  • le contact avec des canalisations électriques. 

Les canalisations de gaz incorporées dans un plancher devront également respecter les conditions suivantes : 

  • être assemblées par raccord indémontable (brasés, soudés ou soudobrasés), 

  • seules les dérivations au droit des appareils sont autorisées, 

  • l’épaisseur minimale de recouvrement doit être de 20mm. 

 

Pour aller plus loin (3) : 

 

Une canalisation de gaz type PLT (Tuyau métallique pliable) incorporée dans un ouvrage béton (Ravoirage, forme, …) doit nécessairement être protégée mécaniquement (Chapitre 8.4.4 de la norme XP E29-826) 

L’incorporation directe d’une canalisation de gaz type cuivre ou acier dans un ouvrage en béton (Ravoirage, forme, …), dont les adjuvants contiennent des chlorures, iodures ou dérivés ammoniacaux, ou en cas de méconnaissance des caractéristiques du béton, n'est pas une solution à retenir compte tenu des réactions physico-chimiques imprévisibles. La canalisation gaz devra alors être protégée avant incorporation par un revêtement ou un gainage (Chapitre 5.3.4.1.3 de la norme NF DTU 61.1 P2) 

À l’émergence de la face supérieure d’un plancher, les tuyauteries doivent être protégées par des fourreaux non fendus réalisés en matériaux non corrodables par l'eau et les produits de nettoyage domestique (Note : Un fourreau en PVC convient par exemple à cet usage). Les fourreaux doivent dépasser d'au moins 50 mm les faces supérieures des planchers. L'extrémité supérieure de l'espace annulaire compris entre le fourreau et la tuyauterie doit être remplie par un matériau inerte. 

Dans les éléments de gros œuvre pris en compte dans la stabilité du bâtiment (poteaux, poutres, murs porteurs, éléments précontraints, etc.), les canalisations ne peuvent être qu'encastrées. 

 

En résumé : 

 

L’incorporation des canalisations de gaz naturel durant les phases de chantier peut avoir lieu dans plusieurs cas de figure :                                                                 

  • Pendant la phase de gros œuvre, l’incorporation dans les planchers par enrobage sera privilégiée.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
  • Pendant la phase de second œuvre ou dans le cas de rénovation sans modification du gros œuvre, l’incorporation par engravure, encastrement ou enrobage sera privilégiée dans le ravoirage. 

 

Tableau de synthèse : Le plancher
 

Plancher

(ravoirage, forme)

Plancher

(chappe flottante, chappe chauffante)

Mortier de pose

Plancher

(hourdis, entrevous)

Plancher

(structure porteuse en dalle pleine)

Encastrement Autorisé Interdit Interdit Interdit Interdit
Engravure (habitations existantes) Autorisé Interdit Interdit Interdit Interdit
Enrobage Autorisé Interdit Interdit Interdit Interdit
Autres cas       Les tuyauteries ne doivent pas passer dans les vides d'éléments creux (blocs creux, briques creuse, hourdis, entrevous...) à moins que ces tuyauteries soient placées sous fourreau étanche et continu débouchant librement à l'une au moins des extrémités, dans des volumes ventilés ou aérés.  
Références réglementaires NF DTU 61.1 p2 ch 5.3.4.1 NF DTU 61.1 p2 ch 5.3.4.1.1 NF DTU 61.1 p2 ch 5.3.4.1.1 Guide général installation gaz CNPG chapitre "canalisation incorporée dans un élément de construction" NF DTU 61.1 p2 ch 5.3.4.1

 

 

Tableau de synthèse : Le dallage
 

Dallage armé

(habitations collectives)

Dallage non armé

(habitations collectives)

Dallage armé ou non armé

(habitations individuelles)

Encastrement Interdit Interdit Interdit
Engravure (habitations existantes) Interdit Interdit Interdit
Enrobage Autorisé Interdit Autorisé
Références réglementaires NF P 11-213-2 NF P 11-213-2 NF P 11-213-3

 

Textes réglementaires de référence 

Ces informations n'ont qu'un caractère documentaire et indicatif. L'internaute est seul responsable de l'usage et des interprétations qu'il en fait et notamment de leur adéquation à la situation qu'il rencontre, des résultats qu'il obtient, des conseils et actes qu'il en déduit et/ou émet. 

MA NOTE