Réalisation

27 logements Bepos-Effinergie 2013 à Anglet (64)

Mis à jour le

Carte d'identité

Date des travaux :
2015/2016
Localité :
Anglet (64)
Type de bâtiment :
Logements collectifs
Superficie :
1558 m² SHAB
Maître d'ouvrage : Bouygues Immobilier
Bureau d'études thermiques : Therm’eco Engeneering
Label : Bepos-Effinergie 2013

Contexte

La préparation à la nouvelle réglementation environnementale (RE) de 2018, dont le décret sera publié courant 2016, représente un enjeu important pour l’ensemble des promoteurs immobiliers. Elargissant la RT 2012, la RE 2018 prendra en compte le bilan carbone, la consommation énergétique, mais intégrera également des critères sur l’eau, les déchets, l’économie circulaire, et le cycle de vie des bâtiments.

En tant que leader de la promotion immobilière privée en France et en Europe, Bouygues Immobilier est engagé dans une politique volontariste en matière de développement durable et d’innovation. L’entreprise s’est ainsi emparée très tôt du sujet pour produire des bâtiments allant au-delà de la RT 2012, aux exigences renforcées et au périmètre élargi. C’est dans ce contexte que Bouygues Immobilier a conçu et réalisé un programme de logements résidentiels à Anglet (64) en droite ligne de la future réglementation environnementale, la RE 2018.

Faute de label réglementaire à disposition, Bouygues Immobilier s’est donc lancé le défi avant-gardiste de réaliser un immeuble collectif (R+4, 27 logements) suivant le label Bepos-Effinergie 2013.

D’une superficie cumulée de 1558 m², les 27 logements de la résidence doivent en outre respecter les contraintes suivantes :

  • Respect de la RT 2012
  • Production d’énergie supérieure à la consommation
  • Prise en compte de l’impact environnemental sur l’ensemble des étapes de vie du bâtiment
  • Maîtrise des surcoûts liés aux exigences du label
Logements Bepos Effinergie 2013 à Anglet (64) - Vue extérieure
Vue extérieure
Logements Bepos Effinergie 2013 à Anglet (64) - Vue extérieure 2
Balcons
Logements Bepos Effinergie 2013 à Anglet (64) - Photovoltaïque
Capteurs photovoltaïques en toiture
Logements Bepos Effinergie 2013 à Anglet (64) - Vue extérieure 3
Vue extérieure

La solution retenue : chaudières à condensation individuelles couplées à des capteurs photovoltaïques

Pour  répondre aux exigences du label Bepos-Effinergie 2013, le promoteur et le bureau d’études thermiques (BET) ont collaboré afin de proposer des solutions adaptées à coût maitrisé. Ils se sont ainsi tournés vers une installation composée d’une chaudière gaz à condensation et de panneaux photovoltaïques, en complément d’une conception écologique du bâti.

Des besoins énergétiques réduits par une écoconception et une isolation renforcée

Une conception bioclimatique du bâti est privilégiée pour diminuer au maximum les besoins énergétiques en chauffage et refroidissement de l’air des logements. Le bâtiment très compact a recours à des matériaux traditionnels, et une grande attention est portée pour éviter les ponts thermiques :

  • Les balcons en façade sont désolidarisés des planchers.
  • Le plancher bas, situé au-dessus du parking et du sous-sol, est constitué d’une quadruple épaisseur : mortier, polyuréthane, béton armé, mousse minérale.
  • L’isolation des combles est soignée par une triple épaisseur similaire de 40 cm.
  • Une épaisseur de polystyrène ou de laine de verre complète l’isolation des murs composés en béton armé ou en brique selon l’étage.
  • Le triple vitrage à faible émissivité, et les volets roulants renforcent l’isolation au  niveau des surfaces vitrées.

Un système énergétique à énergie positive au sens du label BEPOS-Effinergie 2013

Pour répondre aux besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire, le choix du BET s’est porté vers la chaudière gaz à condensation individuelle d’une puissance nominale de 27,3 kW. La chaudière murale à condensation double service est une solution qui associe les avantages suivants :

  • Gain de place de par son positionnement sur un mur
  • Simplicité d’utilisation et de maintenance
  • Performance en termes de rendement
  • Connaissance et maîtrise par l’installateur
  • Coût maîtrisé lié à une faible consommation en gaz

Des radiateurs moyenne température avec robinets thermostatiques diffusent la chaleur produite par la chaudière gaz à condensation. La programmation optimisée de cette dernière permet de réduire les dépenses en gaz. Une VMC hygro B individuelle, comprenant un moteur haut rendement, assure la ventilation du logement. Pour permettre d’être à énergie positive au sens du label, des capteurs photovoltaïques ont été installés en toiture. Leur surface couvre au total 226 m2 pour une production de 45,45 kWc. L’intégralité de la production est vendue à EDF Obligation d’Achat, afin de rentabiliser l’installation.

Descriptif des équipements

Descriptif des équipements

Domaine

Caractéristiques

Plancher bas

Plancher bas sur sous-sol/parking : Chape mortier 6 cm + 10 cm polyuréthane + Béton armé 23 cm + 14 cm mousse de fibre minérale - R = 8,6 m².K/W

Plancher bas sur SAS d'entrée : Chape mortier 6 cm + Béton armé 20 cm + 14 cm laine de verre - R = 3,4 m².K/W

Combles

Plafond sous terrasse en R+4 : Béton armé 20 cm + ITI 8 cm laine de verre + 12 cm polyuréthane - R = 8 m².K/W

Plafond des terrasses attiques : Ossature bois + 12 cm laine de verre + 24 cm laine de verre - R = 10,6 m².K/W

Murs extérieurs

RDC : Béton 20 cm + ITI 12 cm polystyrène expansé - R = 4,4 m².K/W
R+1 : Parpaings 20 cm + ITI 12 cm polystyrène expansé - R = 4,8 m².K/W
R+2 à R+4 : Briques 20 cm + ITI 12 cm laine minérale - R = 4,7 m².K/W

Perméabilité

0,8 m³/h/m² sous 4 Pa

Menuiseries

Double vitrage 4/16/4 Argon, faible émissivité (Uf = 1,5 W/m².K)

 Fermeture par volet roulant PVC

Chauffage / ECS

Chaudière individuelle gaz à condensation double service - Puissance nominale : 27,3 kW

Emission

Radiateurs moyenne température avec robinets thermostatiques

Production d'électricité

226 m² de panneaux photovoltaïques, soit 45,45 kWc

Ventilation

VMC individuelle hygro B basse consommation

Etanchéité du réseau : classe A

 

Bilan

Des résultats au-delà de la RT 2012 et du label Bepos-Effinergie 2013

La sur-isolation du bâtiment et les très bonnes performances des chaudières individuelles à condensation ont permis d’atteindre des résultats supérieurs aux exigences de la RT 2012, et même du label Bepos-Effinergie 2013 avec un Bbio de 36,4 et un Cep hors PV de 42,10 kWhep/m².SRT/an, à comparer aux exigences du label (Bbio max de 43,2 et un Cep max de 54,2).

Le besoin bioclimatique et la consommation d’énergies primaires sont ainsi respectivement plus faibles de 33% et 22% que l’exigence RT2012.

Une production d’énergie plus importante que la consommation

L’évaluation de la consommation et de la production énergétique révèle que le bâtiment a un bilan plus performant de 17,22 kWhep/m²SRT.an par rapport aux exigences du label Bepos-Effinergie 2013 :

 

en kWhep/m²SRT.an

Bilan Epnr

Exigences Bepos-Effinergie 2013

Consommations 5 usages

42,10

54,2

Consommations mobilières et immobilières

70

70

Production locale d'électricité

60,10

55

Total

52

69,2

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce à cette performance, l’immeuble obtient par ailleurs le profil A de la Certification Habitat & Environnement, délivrée par Cerqual.

Une énergie grise faible et un potentiel d’éco-mobilité favorable

Les évaluations exigées par le label Bepos-Effinergie 2013 comprennent également le calcul d’énergie grise et le potentiel d’éco-mobilité. L’énergie grise correspond à l'énergie nécessaire à la mise à disposition des matériaux de construction. Le potentiel d’éco-mobilité correspond à la possibilité laissée aux résidents de bénéficier d’un réseau de transport en commun proche. Voici le résultat de ces deux évaluations :

  • 42,3 kWh/m²SRT/an d’énergie grise, obtenu à l’aide du logiciel ELODIE, pour une durée de vie de 50 ans.
  • Le bâtiment étant construit à proximité des destinations clés et des transports en commun, le potentiel d’éco-mobilité est favorable.

Un surcoût lié au label Bepos-Effinergie 2013 limité à 80 € HT/m² SHAB

Le surcoût de construction lié au respect des exigences du label s’élève à 80 € HT/m² SHAB :

  • 15 €HT/m² SHAB pour l’isolation renforcée
  • 65 €HT/m² SHAB pour le lot photovoltaïque

Livré en mai 2016, le bâtiment nécessite un suivi des consommations pour mesurer ex-post les performances techniques (consommation, production locale d’électricité) et économiques (coût d’entretien réduit, rente issue de la vente de la production locale d’électricité…). Un livret d’accueil remis à l’ensemble des occupants permettra de tirer profit des bonnes pratiques d’utilisation.

Premier bâtiment à énergie positive en France à être certifié par Cerqual selon le label « Opération Pilote - Expérimentation Bepos-Effinergie 2013 », les performances du bâtiment ont été saluées par diverses récompenses telles les Pyramides d’Argent GRDF et celui de l’Esthétique Immobilière.

Témoignages

L’objectif aux travers de ce projet était de réaliser un bâtiment à énergie positive d’après les exigences du label BEPOS-Effinergie 2013 tout en maîtrisant les coûts de construction. Il a donc fallu allier performance thermique, coût de construction et production d’énergie. Pour ce faire, il a été choisi de réaliser un bâtiment compact en maçonnerie de brique (hors RdC) avec une surisolation de l’enveloppe. L’intégration des panneaux solaires photovoltaïques en toiture (226 m²) permet de compenser les consommations en énergie primaire du bâtiment et ainsi répondre à l’exigence spécifique du label BEPOS-Effinergie 2013. Les chaudières gaz à condensation individuelles en plus d’assurer la production d’eau chaude sanitaire, permettent d’assurer un confort important à l’habitant via un système de chauffage basse température. Afin d’obtenir le label BEPOS-Effinergie 2013, le bâtiment a également fait l’objet d’une évaluation de l’énergie grise et du potentiel d’éco-mobilité. Le surcoût engendré par le respect des exigences du label BEPOS-Effinergie 2013 n’est que de 80 €/m² de surface habitable par rapport à un bâtiment RT 2012 (+15 €/m² pour la sur-isolation et +65 €/m² pour les panneaux solaires photovoltaïques).
Par Sylvie Chappet
Manager de projet chez Bouygues Immobilier
Le projet a été pensé dès 2013, c’est-à-dire aux prémices du bâtiment à énergie positive. Le but était de réaliser un bâtiment rationnel tant sur le bâti que sur le choix de la solution technique. Le bâti a été travaillé de manière à réduire les coûts pour les utilisateurs finaux. Le traitement des ponts thermiques, l’utilisation de fenêtres performantes, l’isolation renforcée et la recherche d’une meilleure étanchéité permettent d’arriver à Bbiomax-33%, c’est-à-dire au-delà de l’exigence du label BEPOS-Effinergie 2013 qui est de Bbiomax-20%. Pour le choix de la solution technique, les logements étant en accession il était préférable de prôner l’individualisation des charges. En effet, les consommations en chauffage collectif sont moindres mais les parts fixes sont bien souvent trop importantes. De ce fait, la chaudière gaz condensation individuelle représentait l’optimum technico-économique nous permettant de répondre aux exigences du label. Pour ce qui est de l’esthétisme et de l’intégration des panneaux solaires photovoltaïque, il a été important de travailler en amont avec l’architecte afin de pouvoir anticiper au mieux l’installation des quelques 226 m² de capteurs solaires photovoltaïques. Pour résumer, ce projet a vraiment été un travail de collaboration entre les différents acteurs à savoir le maitre d’ouvrage, l’architecte ou encore le bureau d’étude structure. Pour un projet recherchant une telle performance énergétique, il est indispensable de fonctionner de la sorte.
Par Jacques Pérez
Dirigeant de Therm’eco Engeneering
Votre avis sur cette réalisation
Notez cet article :
Note moyenne :1 note
5/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article