Spécifique

Questions/réponses sur la performance énergétique des bâtiments de demain

Mis à jour le
Décryptage : nos experts répondent aux questions posées lors du Débat Cegibat du 17 septembre 2015 à propos de la performance énergétique des bâtiments de demain.

RT 2012

Quels sont précisément les usages non pris en compte dans la RT (Aueref) ? Y a t-il un moyen de les quantifier ?

Les usages pris en compte dans le calcul de la consommation conventionnelle maximale (Cep max) sont les cinq usages réglementaires : Chauffage, Eau Chaude Sanitaire, Ventilation, Eclairage et Auxiliaires. Les usages dits spécifiques (électroménager, informatique, TV-HIFI...) ne sont pas pris en compte dans le calcul réglementaire bien que la consommation dédiée soit en forte croissance et surtout,  qu'elle soit supérieure à la consommation conventionnelle maximale. 

Pour quantifier l'Aueref, la consommation d'énergie liée aux autres usages Aue doit être prise égale à Aueref (soit 70kWhEP/m².an) en attendant de pouvoir utiliser une méthode de calcul adaptée.

Le coefficient de conversion 2,58 peut-il être appliqué à la production locale d'électricité autoconsommée ?

Dans la RT 2012, le facteur -2,58 pour la production d'électricité locale s'applique déjà. A ce titre, cette production d'électricité est entièrement autoconsommée donc déduite du Cep, avec un facteur de conversion de 2,58. En effet, on considère par convention que cette consommation d'électricité produite localement vient se substituer à 1 kWh d'électricité centrallisée limitant ainsi les pertes. Dans le référentiel Effinergie, l'électricité produite dans un batiment bénéficie d'un coefficient de conversion de -2,58. On parle alors d'un coefficient pour l'énergie sortante.

Quelle RT Existante à venir et quand ?

La loi sur la transition énergétique prévoit une révision de la réglementation thermique des bâtiments existants, avec un décret à publier au plus tard un an après la promulgation de la loi, soit avant le 18 août 2016. Parmi les nouveautés, il est notamment prévu que des projets de rénovation tels que les ravalements de façade ou les réfections de toiture embarquent un volet énergétique selon des modalités qui seront à préciser.

Bepos

Est-ce que la seule solution pour faire du BEPOS c'est le PV ?

A ce jour, il n'existe pas de cadre réglementaire définissant ce qu'est un Bâtiment à énergie POStive. Faut-il être à énergie positive par rapport aux consommations liées aux cinq usages RT ou prend-on en compte également les usages spécifiques (électroménager, informatique, TV-HIFI...) ? Faut il compenser totalement ou partiellement les consommations d'énergie ? Actuellement, il n'existe qu'un seul référentiel proposé par Effinergie et définissant le Bâtiment à Energie POStive. Dans ce cas, la production locale d'électricité est exigée et le recours au photovoltaïque est obligatoire.La surface de capteurs peut être réduite si le bâtiment dispose d'une système type cogénération. En effet, deux équipements nous permettent de produire de l'énergie localement : 

  • Une installation solaire photovoltaïque installée le plus souvent en toiture
  • Une cogénération : cet équipement est à privilégier sur les bâtiments ayant des besoins plus conséquent ; en effet, la production d'électricité engendrée est proportionnelle aux besoins (ECS + Chauffage). Néanmoins, la production n'est pas suffisante et la pose de capteurs est nécessaire. A noter que les dernières évolutions réglementaires sur la prise en compte de l'énergie fatale inscrites dans la loi sur la transition énergétique concourrent à réduire les consommations donc à réduire la surface de capteurs à installer

Quid des matériaux bio sourcés dans les nouveaux bâtiments HQE ?

Les matériaux biosourcés font l'objet d'un label d'Etat. Un arrêté du 19 décembre 2012 définit, pour la construction neuve, le contenu et les conditions d'attribution de ce label « bâtiment biosourcé ». Cerqual, Cequami et Certivéa, selon le type de bâtiment résidentiel individuel/collectif ou tertiaire concerné, délivrent ce label dans le cadre d'une certification de bâtiment.

Quelle(s) solution(s) énergétique simple(s), fiable(s) et peu coûteuse(s) pour les bâtiments performants ?

Il est préférable de privilégier des équipements simples, robustes et performants pour réaliser des bâtiments performants. La chaudière à condensation fonctionnant au gaz naturel réunit l'ensemble de ces qualités et s'avère être un très bon compromis technico-économique pour répondre aux besoins de chauffage et d'eau chaude d'un batîment neuf. Couplée à une surface de capteurs photovoltaïques, cette solution permet de répondre aux exigences du bâtiment performant et à énergie positive.

BEPOS, quels sont les réels bénéfices pour les utilisateurs ?

Les bénéfices pour les occupants des bâtiments BEPOS sont multiples :

  • Confort : un haut niveau d'isolation couplé à un système énergétique performant offre à l'occupant un vrai confort thermique
  • Réduction des charges : la vente de la production d'électricité permet de compenser la facture énergétique
  • Valeur verte et financière du bien : les caractéristiques du bâtiment lui confèrent une étiquette énergétique et une valeur financière élevées

Réglementation

Envisagerons nous plus tard des controles sur les consommations reelles par rapports aux consommations reglementaires ?

Cette question a été clairement identifiée et fait l'objet de discussions dans le cadre des concertations avec les pouvoirs publics.

A quand un commissionnement réglementaire ?

Le commissionnement fait partie intrinsèquement de la prestation de l’entreprise du lot technique concerné. Pour garantir sa bonne réalisation, elle doit être préparé par la MOE (description, processus, valorisation) et accompagnée par la MOE en cohérence avec tout le projet. Mais elle doit surtout faire l’objet d’une sensibilisation de tous les acteurs (MO, BET, Entreprises, exploitant) afin qu’elle entre naturellement dans le processus de construction.

Comment adapter la réglementation gaz aux nouvelles techniques de construction ?

La réglementation gaz est notamment régie par l'arrêté du 2/08/1977. Une réécriture est en cours réunissant les industriels, les pouvoirs publics et les acteurs institutionnels pour tenir compte des nouvelles pratiques.

Label

Comment garantir qu'un label apportera un coût d'exploitation plus faible pour l'utilisateur ?

On ne peut garantir qu'un label apportera un coût d'exploitation plus faible pour l'utilisateur. La consommation énergétique, et donc la facture d'énergie, devrait être a priori plus faible. Néanmoins, la maîtrise du coût d'exploitation passera par : 

  • une mise en service de l'installation 
  • un entretien annuel 
  • une maintenance de l'ensemble des équipements 
  • une information dispensée à l'usager afin que ce dernier adopte les bons comportements

Tout cela concourt à garantir le bon fonctionnement de l'installation et donc de ses performances.

Le label Effinergie + sera - il la base de la future RT ?

Les concertations avec les pouvoirs publics démarrant à peine, il est trop tôt pour se prononcer sur le sujet.

Les labels permettent-ils de valoriser des systèmes innovant non inclus dans les outils de calcul réglementaires ?

Les labels s'appuyant sur la RT 2012 (labels d'Effinergie) utilisent la même méthode de calcul. Aussi, les systèmes innovants intégrés à la méthode Th-BCE ou ayant fait l'objet d'un agrément Titre V "système" peuvent être valorisés ; dans le cas contraire, les systèmes ou projets de construction doivent faire l'objet d'une demande d'agrément Titre V, système ou opération. Quelle que soit la prise en compte de ces systèmes dans les méthodes de calcul des autres labels (labels PassivHaus et Minergie), la vérification de la conformité à la RT 2012 étant obligatoire, ils ne peuvent se dispenser d'une demande d'agrément Titre V.

Pensez vous qu'il faille couvrir les bâtiments de PV pour atteindre ces futurs labels ? N'est ce pas une aberration !

Concernant le label BEPOS-Effinergie que l'association Effinergie a positionné comme "label pilote" avec une ambition élevée, si la solution technique retenue pour atteindre le niveau de performance du label est de la production locale d'électricité, il est possible d'avoir recours soit à des panneaux PV, soit à de la cogénération gaz naturel qui permet alors de réduire la surface de panneaux PV, voire de s'en affranchir selon le dimensionnement de cogénération. Concernant la future définition officielle du BEPOS qui sera donnée par les pouvoirs publics, la quantité de kWh électriques qu'il faudra produire et donc le dimensionnement des équipements dépendra de la définition retenue.

Energie grise

Comment definissez vous exactement l'énergie grise ?

L'énergie grise représente l'énergie consommée en phases production, construction et fin de vie du batiment hors phase utilisation du bâtiment. Par exemple, l'énergie grise tient compte de la consommation d'énergie nécessaire à l'extraction des matières premières, au transport des matériaux, lors du recyclage, etc… d'un bâtiment.

Votre avis sur ce contenu
Notez cet article :
Note moyenne :0 note
0/5
Déposez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas rendue publique, mais elle permettra à Cegibat de vous recontacter en cas de besoin.
* Champs obligatoires
** Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
0 commentaire sur cet article